ALGÉRIE
23/08/2018 14h:29 CET | Actualisé 23/08/2018 16h:59 CET

Le ministère de la Santé confirme 41 cas de choléra

DR

Le ministère de la Santé et de la Réforme hospitalière a confirmé officiellement 41 cas de choléra parmi les personnes qui ont été hospitalisées à Alger, Blida, Tipaza et Bouira.

Dans une conférence de presse, Djamel Fourar, directeur de la Prévention au ministère, a indiqué que les résultats des analyses ont confirmé que les cas d’intoxications admis à Boufarik étaient dus à une épidémie de Choléra.

L’Institut Pasteur a expliqué avoir découvert des vibrions cholériques dans les selles des malades mis en quarantaine.  

22 de ces cas ont été confirmés parmi 50 patients à Blida, 11 cas parmi 18 patients à Tipaza, 1 cas sur 6 à Bouira et 5 cas parmi 14 patients à Alger, selon le rapport de cet institut. 

L’origine toujours inconnue 

Zoubir Harrat, directeur de l’Institut, a déclaré lors de cette conférence de presse qu’il soupçonnait une origine alimentaire, dont des fruits et légumes transportés de mains sales sans confirmer cette origine, qui fait toujours l’objet d’une enquête.

Il a rajouté que la présence de bactéries cholériques dans l’eau potable n’est pas encore confirmée, expliquant que la présence de cette épidémie est surveillée autour de 20 points d’eau non contrôlés.

Des dizaines de personnes ont été admises aux urgences de l’hôpital de Boufarik mercredi, au deuxième jour de l’Aïd El-Adha. Le ministère de la Santé évoquait par la suite un nombre de 88 cas suspects, dont les 41 confirmés annoncés ci-dessus. 

Après avoir été admises en urgence, elles ont été transférées et mises en quarantaine dans le service d’infectiologie.

Djamel Fourar a rappelé durant son intervention que les derniers cas remontent à plusieurs années, expliquant que les bactéries cholériques restent toutefois présentes dans l’environnement.