MAROC
03/02/2019 17h:52 CET

Le ministère de la Justice appelle à la régularisation des mariages par "la Fatiha"

La période transitoire prend fin le 5 février.

ASSOCIATED PRESS

MARIAGE - Piqûre de rappel. Le mardi 5 février arrivera à expiration la période transitoire d’enregistrement des demandes en mariage tel que précisé dans l’article 16 du code de la famille. Le ministère de la Justice vient ainsi de lancer un appel aux citoyens n’ayant pas encore légalisés leur contrat de mariage, afin d’accélérer le dépôt des demandes auprès du tribunal compétent.

Les citoyens sont invités à déposer leur “demande de régularisation de mariage avant le 5 février prochain afin de préserver leurs droits et ceux de leurs enfants”, souligne le ministère dans un communiqué publié sur son site officiel ouvrant l’appel à toutes les parties concernées, les sociétés civiles et les médias à prendre part à cette campagne devant encourager et sensibiliser les familles marocaines.

Pour rappel, le ministère de la justice ouvrait la voie pendant une période limitée aux couples unis par “Al Fatiha” afin de régulariser leur de mariage devant le tribunal de la famille. Il souligne que le contrat de mariage est l’unique le moyen de prouver l’union légitime et préserve, par conséquent, les droits des enfants.

Jeudi dernier, l’Association “Touche pas à mon enfant” avait lancé une alerte sur la situation des enfants et mineurs nés dans le cadre d’unions par “Al Fatiha”. Un mariage appelé aussi ”ôrf” dans la coutume, mais qui n’est pas reconnu par la loi. Sur son compte Facebook, l’association y a exprimé son inquiétude en se disant “profondément préoccupée par le statut juridique des mineurs qui continuent de mener une vie civile difficile”. Et de rappeler que sans état civile ni acte de naissance, la scolarisation de ces enfants est impossible. 

Cette période transitoire de 5 ans et la troisième du genre depuis l’entrée en vigueur du code de la famille.