TUNISIE
21/11/2018 12h:03 CET

Le médecin et chercheur Alexandre Mebazaa remporte le prix Jean-Paul Binet de la Fondation pour la Recherche Médicale

Il avait également participé à une greffe de peau sur un homme brûlé sur la quasi-totalité du corps, en utilisant la peau de son frère jumeau homozygote. Une première mondiale.

Facebook / European Society of Cardiology
De gauche à droite, Frank Ruschitzka, Alexandre Mebazaa, et Stefan Stork.

Le Tunisien Alexandre Mebazaa, chef des départements d’anesthésie-réanimation des hôpitaux Saint-Louis et Lariboisière à Paris, et professeur de médecine à Paris Diderot, vient de remporter le prix Jean-Paul Binet, pour ses recherches remarquables sur l’insuffisance cardiaque aiguë.

En découvrant un nouveau biomarqueur qui permettra de mieux détecter, diagnostiquer et traiter l’insuffisance cardiaque, et en établissant, à travers les nombreux travaux qu’il a menés, que contrairement à ce qui est connu, le débit cardiaque reste adéquat lors d’un épisode aigu, Mebazaa aura contribué à l’amélioration de la prise en charge des personnes souffrant de cette maladie, surtout lors d’un épisode aigu, et ce de façon non-invasive.

En 2016, Alexandre Mebazaa avait participé, avec le chirurgien et écrivain français, Maurice Mimoun, à une première mondiale: La greffe de peau sur un homme brûlé sur la quasi-totalité du corps en utilisant la peau de son frère jumeau homozygote.

Cet exploit a été largement applaudi au sein de la communauté scientifique.

Mebazaa a également été nominé pour le trophée interne innovant APinnov 2017, pour sa nouvelle méthode de détection d’une Cardiomyopathie du post-partum chez une femme enceinte suspectée d’en être atteinte, et lui fournir ainsi de poser rapidement un diagnostic et lancer le traitement.

 

Près de 2% des Tunisiens sont atteints d’insuffisance cardiaque chronique, selon la Société Tunisienne de Cardiologie et de Chirurgie Cardio-Vasculaire.

Ce taux représente environ 10% des personnes âgées de plus de 65 ans.

Les principales causes de cette maladie sont les mauvaises habitudes alimentaires comme l’usage excessif du sel, les malformations congénitales, le facteur héréditaire ou le non traitement de l’une des maladies chroniques comme le diabète, l’hypertension ou l’obésité qui ont un impact sur le cœur.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.