ALGÉRIE
18/03/2016 11h:51 CET | Actualisé 18/03/2016 11h:51 CET

Le MDN confirme l'attaque et parle de "mise en échec d'un attentat"!

APS

"Deux obus de fabrication artisanale sont tombés, ce matin du 18 mars 2016 à 05h30mn, près du poste de contrôle d’un site relevant de la société nationale Sonatrach, à Kherichba à 200 kilomètres au sud-ouest d’El-Ménea relevant de la 4e région militaire, sans causer aucune perte humaine ou matérielle", a annoncé le ministère de la Défense nationale dans un communiqué publié sur son site quelques heures après l'attaque.

"La réaction rapide du détachement de l’armée", ajoute-t-on de même source, "en charge de la protection du site a mis en échec cette tentative d’attentat terroriste".

"Il a été procédé immédiatement au bouclage de la zone et une opération de recherche et fouille a été déclenchée avec emploi des moyens appropriés, dont des hélicoptères", ajoute le même communiqué. On ne précise, cependant pas, si les assaillants ont été repérés ou neutralisés.

L'Agence de presse algérienne avait confirmée l'information relayée par des agences de presses étrangères plus tôt. Deux terroristes, avait-on prcéisé, ont tenté, vendredi matin, d'attaquer à la roquette artisanale (Habhab), une installation gazière, située dans la localité de Krechba près de Ménea, dans la wilaya de Ghardaïa.

La production du site gazier se poursuit normalement, a-t-on ajouté de même source qui a affirmé que cette attaque a été déjouée.

Le groupe Sonatrach a annoncé également la mise en place d'une cellule de crise à Hassi Messaoud, plus au nord.

Dans un communiqué, la compagnie Statoil, partenaire de la compagnie nationale sur ce site, a elle aussi évoqué des projectiles tirés de loin, en affirmant que ses trois employés étaient sains et saufs. Elle a ajouté avoir mis en place une cellule d'urgence en Norvège et en Algérie.

Pour sa part British Petroleum (BP) a indiqué dans un communiqué avoir été informé d'une attaque à la roquette qui n'a pas fait de victime.

"Notre première priorité est la sécurité de notre personnel (...) Nous sommes en contact avec nos partenaires et nous cherchons à assurer la sécurité des personnes sur place", a ajouté BP en faisant état toutefois de la suspension des travaux sur le site par mesure de précaution.

Le vice ministre de la défense nationale, le général Ahmed Gaïd Salah, avait appelé le 13 mars, lors d'une visite dans le sud algérien, à une vigilance accrue face à la dégradation inédite de la situation sécuritaire dans la région, où la Libye et la Tunisie voisines sont confrontées à des troubles liées au terrorisme.

Cette attaque intervient trois ans après celle contre le complexe gazier de Tiguentourine à In Amenas. Depuis, les autorités algériennes ont renforcé la protection des sites économiques notamment ceux en partenariat avec des compagnies étrangères.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.