31/01/2019 17h:56 CET | Actualisé 31/01/2019 17h:56 CET

Le Maroc va plafonner les prix des carburants d'ici la mi-mars, selon Lahcen Daoudi

Un plan annoncé l'année dernière, mais toujours pas mis en place.

MajaMitrovic via Getty Images

ÉCONOMIE - Le Maroc plafonnera les prix de l’essence et du diesel “entre la fin février et la mi-mars”, a annoncé, mercredi 30 janvier, le ministre des Affaires générales et de la gouvernance, Lahcen Daoudi.

Dans une vidéo publiée sur le site du PJD et sur sa page Facebook, le ministre a indiqué que le Maroc commencera bientôt à intervenir pour limiter les prix des carburants. “Le mécanisme de plafonnement approche”, assure-t-il, précisant auparavant que durant la première quinzaine de février, le prix du litre à la pompe augmentera de 30 centimes pour le diesel, et restera inchangé pour l’essence. 

Le gouvernement avait annoncé un plan de plafonnement des prix l’année dernière suite à la vaste campagne de boycott de plusieurs entreprises de produits de grande consommation lancée en avril 2018. Les stations essence Afriquia étaient, entre autres, dans le collimateur des consommateurs.

Mais neuf mois après, le projet de plafonnement des prix des carburants n’a toujours pas été concrétisé. “Le gouvernement n’a pas reculé sur le plafonnement des prix des carburants. Bien au contraire”, rassurait, en novembre dernier, Lahcen Daoudi dans une interview accordée à Médias24.

Le Boursier.ma évoquait trois raisons pour expliquer le retard de l’instauration de ce plafonnement: “le gouvernement tente de faire coïncider le plafonnement avec une baisse du prix du baril, il veut élargir les négociations avec les pétroliers pour réviser les différentes composantes du prix du carburant au lieu d’agir sur la marge uniquement, et il attend la réactivation du Conseil de la concurrence.”

Ce dernier, réactivé mi-novembre après des années d’interruption et saisi en décembre par Lahcen Daoudi pour examiner cette question du plafonnement des prix, devrait rendre son avis le 14 février.