MAROC
04/10/2018 16h:34 CET

Le Maroc serait prêt à rapatrier ses mineurs clandestins en Espagne (sous conditions)

L'Espagne enregistre une hausse sans précédent du nombre de mineurs clandestins étrangers.

FADEL SENNA via Getty Images

SOCIÉTÉ - Le Maroc a fait part de sa volonté d’accepter le rapatriement des mineurs étrangers non accompagnés (MENA) marocains présents en Espagne, à condition qu’ils puissent être identifiés afin d’être remis à leurs familles, a indiqué la secrétaire d’État à la Sécurité espagnole, Ana Botella, lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi 4 octobre à Melilla, rapporte Europa Press.

Selon l’agence de presse espagnole, lors d’une visite dans l’enclave autonome de Melilla, Mme Botella a révélé que lors de la dernière réunion du Groupe permanent hispano-marocain sur les migrations, tenue le 14 septembre à Essaouira au Maroc, les autorités marocaines ont accepté que le gouvernement de Rabat demande l’identification de ses mineurs non accompagnés résidant en Espagne, afin qu’ils soit réintégrés dans leurs familles au Maroc.

La secrétaire d’État à la Sécurité a assuré que c’est ce que les autorités marocaines lui ont “transmis personnellement” lors de cette réunion bilatérale à laquelle ont également participé le ministre de l’Intérieur espagnol, Fernando García-Marlaska, et la secrétaire d’État aux Migrations, Consuelo Rumí.

Conditions et garanties

La numéro deux du ministère de l’Intérieur a assuré que lors de cette rencontre à Essaouira, ils avaient eu “l’occasion de voir avec le Maroc plusieurs possibilités de collaboration au sujet des mineurs qui passent (clandestinement en Espagne, ndlr) et qui sont identifiés comme étant marocains, afin qu’ils puissent retourner dans leurs familles et dans leur pays”.

FADEL SENNA via Getty Images
Des jeunes Marocains sans papiers sur le port de l'enclave espagnole de Melilla, le 19 septembre 2018.

La responsable espagnole a admis que jusqu’à présent, le Maroc n’avait pas accepté le rapatriement de mineurs mais qu’il en est désormais autrement. “Je peux vous dire que des responsables marocains m’ont dit personnellement qu’ils souhaitaient aider à récupérer ces enfants et que nous mettions tous les moyens en place pour pouvoir leur fournir des documents d’identification”, a-t-elle déclaré.

Ana Botella a néanmoins souligné que “certaines procédures” étaient nécessaires pour renvoyer ces mineurs au Maroc car la législation espagnole “est très stricte en matière de protection de l’enfant” et qu’une série de garanties devaient être fournies avant de rendre ces enfants à leurs familles. “Nous devrons également travailler avec le Bureau du Procureur”, a-t-elle ajouté.

Hausse sans précédent du nombre de mineurs clandestins

L’entrée en Espagne des mineurs étrangers non accompagnés (MENA) a augmenté, en 2017, de 398% par rapport à 2016 et de 566% par rapport à 2015, selon le rapport annuel du Bureau du Procureur, consulté par Europa Press.

Au total, 2.345 mineurs étrangers non accompagnés sont arrivés sur les côtes espagnoles à bord de bateaux ou d’autres types d’embarcations, chiffre que les procureurs ont qualifié d’“augmentation extraordinaire”, compte tenu du fait qu’un an auparavant, 588 mineurs étrangers clandestins étaient enregistrés et 414 en 2015.

97% de ces mineurs sont des garçons et la plupart d’entre eux viennent du Maroc (56,3%) et d’Algérie (19,9%), suivis des pays d’Afrique subsaharienne comme la Guinée (8,4%), la Côte d’Ivoire (7,5%) ou la Gambie (2,8%).