25/06/2019 10h:19 CET | Actualisé 25/06/2019 10h:39 CET

Le Maroc sera bien présent à la conférence de Manama

Mais le Royaume sera "sous" représenté.

AIC PRESS

DIPLOMATIE - C’est officiel. Le Maroc sera bien présent lors de “l’Atelier sur la paix et la prospérité” les 25 et 26 juin à Manama, au Bahreïn. Cette conférence initiée par les États-Unis porte sur le volet économique du plan américain de relance du processus de paix israélo-palestinien, projet porté par Jared Kushner, le gendre et haut-conseiller de Donald Trump.

“A l’invitation des gouvernements du Royaume du Bahreïn et des Etats Unis d’Amérique, un cadre du ministère de l’Economie et des Finances du Royaume du Maroc prendra part aux travaux de ‘l’Atelier sur la paix et la prospérité’, les 25 et 26 juin 2019, à Manama (Bahreïn)”, annonce le porte-parole du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (MAECI) ce mardi dans un communiqué.

“La participation à cet atelier technique et sectoriel se fait aux côtés de plusieurs pays arabes, africains et européens, ainsi que de nombreuses organisations régionales et internationales”, poursuit la même source.

“Cette participation se fait sur la base de la position constante et inchangée du Royaume du Maroc, en faveur d’une solution de deux Etats, vivant côte à côte dans la paix et la stabilité, garantissant l’instauration d’un Etat palestinien indépendant, souverain et viable, dans les frontières du 4 juin 1967, ayant Jérusalem Est comme capitale”, conclut le porte-parole du MAECI.

En envoyant un “cadre du ministère” de l’Economie et des Finances, et non pas un ministre, le Maroc choisit ainsi d’être “sous” représenté à cette conférence boycottée par certains pays arabes ainsi que l’Autorité palestinienne. Ces derniers rejettent en effet le plan américain visant à relancer l’économie palestinienne, estimant que le volet politique doit être traité en premier lieu. L’Egypte et la Jordanie ont pour leur part annoncé qu’elles participeraient à la conférence.

Jared Kushner était en visite au Maroc le 28 mai dernier pour rencontrer le roi Mohammed VI et discuter d’un renforcement du partenariat stratégique entre le Royaume et les États-Unis.

Dimanche, des milliers de manifestants ont pris part à Rabat à une marche nationale pour réitérer leur soutien à la cause palestinienne. Sur certaines banderoles, on pouvait lire “le peuple marocain condamne le deal de la trahison et le sommet de Manama”.