MAROC
12/03/2019 14h:16 CET | Actualisé 12/03/2019 14h:46 CET

Le Maroc parmi les pays les moins "gay friendly" au monde

Le pays perd deux places dans le Spartacus Gay Travel Index.

FADEL SENNA via Getty Images
Des militants marocains et étrangers portant un drapeau arc-en-ciel lors d'une veillée à Rabat le 15 juin 2016 pour rendre hommage aux victimes de la fusillade du club gay d'Orlando, aux Etats-Unis.

LGBT+ - Deux places de perdues depuis l’an dernier. Chaque année, le guide de voyage gay, le Spartacus International Gay Guidedresse un index des pays les plus et moins LGBT friendly au monde. Un classement basé sur 14 critères. Parmi eux, les “droits des transgenres”, les “lois anti-discriminatoires”, le “droit à l’adoption”, les “lois pénalisant l’homosexualité”, “l’influence religieuse”, ou encore “l’hostilité des locaux”.

Cette année, le Maroc se retrouve en 159e position, soit deux places de moins qu’en 2018 où il était 157e. Le pays garde cependant le même score, -8.

Le royaume est ainsi pointé du doigt par le guide pour ses “législations contre l’homosexualité”, “l’influence religieuse”, le fait que l’homosexualité y soit illégale ou encore “l’hostilité des locaux”, point particulièrement mal noté avec un score de -2. Le pays est également noté -1 dans les catégories “persécution”, “meurtres” et “droits des transgenres”.

Le Maroc partage cette 159e place avec 20 pays dont le Sénégal, la Mauritanie, la Russie, Haïti, la Jamaïque, les Maldives et la Zambie.

Dans le reste de l’Afrique du Nord, la Tunisie est le pays le “mieux” classé: elle occupe la 122e place. L’Égypte se retrouve en 179e position, ex-aequo avec le Soudan. La Libye fait partie des 10 pays les plus mal classés (190e). L’Algérie ne figure pas dans le classement.

La Tchétchénie en bas du classement

Dans le trio de tête on retrouve, ex aequo, le Canada, la Suède et le Portugal, qui cumulent chacun dix points. Les pays les plus mal notés sont l’Arabie Saoudite, la Somalie et la Tchétchénie. L’an dernier, cette république russe a été accusée par plusieurs États et ONG d’avoir mis en place des camps où sont enfermés, torturés voire tués des hommes homosexuels.

Le Spartacus Gay Travel Index a pour but d’informer les voyageurs sur “la situation des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres dans un total de 197 pays et régions”, explique le guide sur son site.

Alors que cette année des pays comme la France, le Brésil et les États-Unis ont reculé dans le classement, l’Inde a gagné plus de 40 places, passant de la 104e en 2018 à la 57e en 2019, suite à la dépénalisation de l’homosexualité, rapporte la même source.