MAROC
13/06/2018 15h:42 CET | Actualisé 13/06/2018 15h:44 CET

Le Maroc, l'Espagne, la France et la Belgique vont "plus loin" dans la lutte contre le terrorisme

Une réunion ministérielle devrait se tenir d’ici la fin de l’année.

STR via Getty Images

COOPÉRATION - En temps de crise, il faut se serrer les coudes. La France et la Belgique l’ont bien compris et ont annoncé, lundi à Paris, la mise en place d’une “quadripartite ministérielle” avec le Maroc et l’Espagne pour venir à bout du terrorisme.

“Nous avons voulu aller plus loin, parce que la menace est élevée, endogène et commune”, a déclaré le Premier ministre français Edouard Philippe dans une rencontre franco-belge tenue dans le nouveau palais de justice de la capitale française.

Edouard Philippe et son homologue belge Charles Michel ont annoncé lors cette rencontre qu’ils prévoyaient d’étendre leur coopération bilatérale en invitant le Maroc et l’Espagne à des réunions associant les ministres de la Justice des quatre pays, indique une déclaration conjointe publiée suite à la rencontre à Paris.

Cette “quadripartite ministérielle”, qui devrait se tenir d’ici la fin de l’année, permettra de “matérialiser à haut niveau l’engagement de nos gouvernements et leur solidarité dans la lutte contre le terrorisme islamiste”, ajoute le communiqué.

“Nos deux pays franchissent aujourd’hui une étape importante pour que notre coopération s’étende aux nouveaux risques en matière de terrorisme islamiste et de radicalisation violente. Le lancement de travaux sur les détenus radicalisés violents en fin de peine illustre ainsi notre volonté d’adapter notre coopération à des problématiques sans cesse renouvelées”, indique la déclaration commune.

Le Maroc donne l’exemple

En plus des pays européens, les États-Unis ont également eu recours au savoir-faire des hommes de Abdelhak Khiame, chef du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ).

Selon l’édition du 11 juin du journal Al Massae, un groupe d’experts dans la gestion du secteur pénitentiaire américain a récemment visité différentes prisons marocaines où se trouvent des détenus extrémistes. Ces experts espèrent bénéficier de l’expérience marocaine pour combattre l’idéologie extrémiste dans les prisons et la diffuser dans d’autres pays.

En 2017, 186 terroristes ont été neutralisés et 9 structures terroristes ont été démantelées par les éléments de la BCIJ, avait rapporté la MAP en décembre dernier. D’après Khiame, le nombre de cellules terroristes démantelées a baissé depuis 2015 où 275 individus avaient été arrêtés.