MAROC
15/02/2019 14h:38 CET | Actualisé 15/02/2019 14h:45 CET

Le Maroc était bien représenté à la Conférence internationale de Varsovie sur le Moyen-Orient

Malgré l'appel au boycott lancé par la Palestine pour dénoncer la présence d'Israël.

MAP

DIPLOMATIE - Malgré l’appel aux boycott de la conférence de Varsovie sur le Moyen-Orient lancé par la Palestine pour dénoncer la présence d’Israël à cet événement, le Maroc était bien représenté.

Ce n’est cependant pas le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (MAECI), Nasser Bourita, qui s’est rendu sur place le 14 février comme prévu initialement. Ce dernier accueillait en effet le même jour au Maroc son homologue espagnol. Mais c’est Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de la coopération africaine, qui a été envoyé dans la capitale polonaise pour prendre part à la conférence ministérielle sur la paix et la sécurité au Moyen-Orient, rencontre co-organisée par les États-Unis et la Pologne.

Comme le précise le communiqué du département d’Etat américain, cette conférence avait pour objectif de “redynamiser les efforts et revitaliser les alliances en donnant aux pays l’occasion de partager leurs évaluations de la situation et de proposer des idées sur la façon de résoudre les problèmes communs”, rapporte le MAECI dans un communiqué.

Cette conférence a ainsi réuni plusieurs personnalités internationales telles que le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, le conseiller du président américain Jared Kushner, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, le ministre d’Etat aux Affaires étrangères d’Arabie saoudite Adel al-Jubeir, ainsi que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Mercredi, le vice-président américain Mike Pence qualifiait cet évènement “extraordinaire” comme “un tournant historique”, rapporte France 24. Ce dernier a notamment mis en avant “la présence ‘côte à côte’ d’un Premier ministre israélien et des ministres des principaux pays arabes”. Certains invités, comme la Palestine ou le Liban, ont cependant refusé de participer à cette conférence.

Lors d’une interview accordée lundi à la radio Voice of Palestine, le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riyad al-Malki, avait appelé les pays arabes à boycotter ce sommet ou à envoyer des représentants “moins importants” que leurs ministres des Affaires étrangères. Il avait notamment déclaré que les Palestiniens “voient dans la conférence de Varsovie un complot contre la cause palestinienne”. 

Pendant ce sommet, le dossier iranien a été particulièrement évoqué. “Il n’est pas possible d’atteindre la paix et la stabilité au Moyen-Orient sans affronter l’Iran”, a affirmé le Secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo.

Le ministre délégué Mohcine Jazouli est pour sa part intervenu lors du panel intitulé “la lutte contre le terrorisme et le financement illicite”. Il a évoqué “la constante détermination du Maroc dans la lutte contre le terrorisme et la volonté sans failles du Royaume de promouvoir la paix et la sécurité, au Moyen-Orient et ailleurs. Cet engagement est reconnu par tous les partenaires et constitue un des axes majeurs de la politique de coopération marocaine”.

Mohcine Jazouli a conclu en soulignant “qu’aucun pays seul ne peut faire face aux dangers liés à sa sécurité: ce n’est que par une approche collective, un engagement fort et une approche par objectifs que nous pouvons vaincre le terrorisme et son financement illicite”.