25/06/2019 15h:45 CET | Actualisé 25/06/2019 15h:45 CET

Le Maroc et l'OCDE renouvellent leur coopération à Paris

Et signent un deuxième accord de Programme-pays.

DR
Le chef du gouvernement Saad-Eddine El Othmani et le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria. 

ÉCONOMIE - Une importante délégation marocaine s’est déplacée à Paris, ce mardi, au siège de l’Organisation de développement et de coopération économiques (OCDE) pour la cérémonie de lancement du deuxième Programme Pays-Maroc (PPM2). Une rencontre à laquelle ont pris part le chef du gouvernement Saad-Eddine El Othmani et le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria. 

La cérémonie de signature du protocole de ce programme destiné à assurer la continuité d’une collaboration renforcée entre les deux parties, s’est déroulée en présence de plusieurs ministres marocains, de l’ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa, de hauts responsables marocains et de l’OCDE.

Le royaume et l’organisation économique portent leur dynamique de collaboration à un nouveau palier et se sont félicités du nouveau pas franchi sur la voie du renforcement des liens entre les deux parties. Ils ont par ailleurs souligné “la pertinence et l’efficacité” démontrée par le Programme-Pays Maroc à travers le soutien de la mise en œuvre de réformes clés, notamment l’application d’éléments fondamentaux de la Constitution du Maroc, le renforcement de l’articulation et de la cohérence des politiques publiques, la promotion d’une approche gouvernementale participative et ouverte, l’appui à l’élaboration de politiques fondées sur des données factuelles et la consolidation d’une culture d’évaluation et de contrôle.

Ce Programme-pays a permis au Maroc de se rapprocher davantage des standards et bonnes pratiques promus par l’Organisation dans plusieurs domaines tels que la gouvernance publique, la compétitivité économique et l’inclusion sociale, a souligné El Otmani.

“Il a constitué de ce fait un défi et un catalyseur pour les décideurs publics afin d’améliorer la conception et la mise en œuvre des politiques publiques”, a ajouté le Premier ministre, précisant qu’au-delà de ce Programme, le royaume ambitionne d’approfondir davantage cette relation de coopération en renforçant sa présence dans les différents organes de l’OCDE et en s’alignant sur les meilleures pratiques élaborées par l’organisation. 

Améliorer la gouvernance publique 

Mis en place par l’OCDE, le Programme-Pays est un outils permettant à certaines économies partenaires de tirer profit de l’expertise et des bonnes pratiques de l’organisation, de renforcer leurs institutions et de consolider les capacités pour des réformes publiques réussies. Le Maroc est l’une des quatre économies partenaires de l’OCDE -aux côtés du Kazakhstan, du Pérou et de la Thaïlande, à bénéficier de ce programme de coopération bilatérale.

“Le protocole d’accord que nous avons signé pose les fondements d’un programme encore plus ambitieux de collaboration entre le Maroc et l’OCDE”, s’est félicité pour sa part le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria. Pour lui, ce protocole permettra au Maroc d’intensifier la mise en œuvre de recommandations du premier Programme-pays et répondra aussi à d’autres défis importants, comme la lutte contre la corruption, la promotion des investissements et la réalisation de réformes économiques structurelles qui peuvent favoriser une croissance inclusive et durable, a-t-il affirmé. 

Le deuxième Programme-Pays Maroc qui vient d’être lancé inclut 14 projets et examens des politiques publiques, l’adhésion à 20 instruments juridiques de l’OCDE et une participation renforcée à 7 Comités de l’Organisation. Signé pour une durée de trois ans (2019-2022), il est construit autour de quatre piliers principaux, en l’occurrence “Gouvernance publique, intégrité et lutte contre la corruption”, “Croissance économique, investissement et fiscalité”, “Capital humain, notamment éducation et égalité des genres” et “Développement territorial”.

Ces thématiques, qui permettront au Maroc d’atteindre les standards de l’OCDE les plus exigeants, ont fait l’objet d’une discussion de haut niveau et en concertation entre les autorités marocaines et les directions compétentes de l’OCDE, le 14 février dernier, devant le Comité des relations extérieures de l’organisation.

Le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Benchaaboun, le ministre de la Justice, Mohammed Aujjar et le ministre délégué chargé des Affaires Générales et de la Gouvernance, Lahcen Daoudi, entre autres, ont pris part à cette réunion extraordinaire à Paris