MAROC
26/02/2019 11h:03 CET

Criminalité: Le Maroc et la Belgique renforcent leur coopération judiciaire

Objectif: gagner du temps dans la résolution d’affaires judiciaires qui intéressent les deux pays.

Facebook
Le ministre marocain de la Justice Mohamed Auajjar.

POLITIQUE - Le Maroc et la Belgique ont signé, ce lundi 26 février au soir à Bruxelles, une déclaration d’intention en vue de renforcer leur coopération judiciaire. La déclaration a été signée par le ministre de la Justice Mohamed Auajjar et son homologue belge Koen Geens, en présence de l’ambassadeur du Maroc en Belgique et au Grand Duché de Luxembourg, Mohamed Ameur.

Cette déclaration d’intention est de nature à développer la coopération bilatérale et la hisser à des niveaux prometteurs, a indiqué Mohamed Auajjar dans une déclaration à la MAP. “Elle prévoit que les deux pays ne peuvent se refuser l’entraide judiciaire, sauf pour des crimes politiques ou militaires, ou en cas d’atteinte à la souveraineté, la sécurité ou l’ordre public”, précise pour sa part l’agence de presse Belga

Le texte pose également un cadre qui permet la saisie et la conservation “des biens issus du trafic de drogues ou du blanchiment. Dans ce cadre, la demande d’entraide ne pourra plus être refusée pour des délits fiscaux ou en raison de la réglementation relative aux douanes, impôts et devises. Le secret bancaire ne pourra plus non plus être invoqué comme motif de refus”. Toujours d’après le média belge, les décisions de justice s’appliqueront dans les deux pays. 

D’un autre côté, cette rencontre a été l’occasion de “faire le point sur la coopération bilatérale dans le domaine de la justice en général et qui est à un excellent niveau”, a indiqué M. Auajjar qui fait état de similitudes entre les expériences marocaine et belge notamment sur le plan de l’indépendance de la justice.

Le ministre belge de la Justice, lui, s’est félicité de la profondeur des liens de coopération et d’amitié entre les deux pays. “Nous avons eu un échange fructueux dans le cadre de notre culture judiciaire, particulièrement la relation entre les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire”, a affirmé Koen Geens. 

Il a également été question de renforcer la coopération judiciaire qui est à “un niveau excellent entre nos deux pays”, a ajouté le ministre belge. Ce dernier précise que “l’objectif est de gagner du temps dans la résolution d’affaires judiciaires qui intéressent les deux pays”, précise l’agence Belga

Ces entretiens s’inscrivent dans le cadre de la visite qu’effectue actuellement M. Auajjar à Bruxelles où il prendra part, mercredi, au congrès mondial contre la peine de mort.