MAROC
13/09/2019 12h:38 CET

Le Maroc condamne les propos de Benjamin Netanyahu sur l'annexion d'une partie de la Cisjordanie

Une annonce considérée par le ministère comme “une grave escalade et une nouvelle violation du droit international".

ASSOCIATED PRESS
Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, prend la parole lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, en Israël, le mardi 10 septembre 2019. Netanyahu s'est engagé à annexer les colonies de peuplement en Cisjordanie s'il remportait les élections nationales la semaine prochaine.(AP Photo/Oded Balilty)

INTERNATIONAL - L’annonce a suscité de vastes contestations. Il y a quelques jours le premier ministre israélien présentait son plan “d’annexer un pan stratégique de la Cisjordanie occupée”, rapporte France 24. Une stratégie pour ce dernier, en pleine campagne, pour séduire l’électorat de droite mais qui aura surtout provoqué de vives inquiétudes quant aux risques d’escalade de la violence dans la région.

Dans un communiqué publié le 12 septembre, le ministère de affaires étrangères marocain a fermement condamné, dans un communiqué, les propos du premier ministre israélien “concernant l’inclusion de régions de la Cisjordanie et du nord de la mer morte”. Une annonce considérée par le ministère comme “une grave escalade et une nouvelle violation du droit international et des résolutions de la légitimité internationale Cela nuit à tous les efforts constants visant à trouver une solution juste et globale au conflit israélo-palestinien”, rapporte la même source.

“Le royaume du Maroc a confirmé son soutien ferme et son attachement au peuple palestinien, et à tous ses droits inaliénables, notamment la création d’un État palestinien indépendant comportant les frontières de juin 1967 et avec pour capitale Jérusalem”. Le département de Nasser Bourita appelle également  la communauté internationale, en particulier les membres permanents du conseil de sécurité, ”à agir immédiatement pour prévenir les violations de ces droits, préserver les possibilités d’une solution à deux États et préserver la sécurité et la stabilité de la région”.

Condamnation quasi-unanime 

Une annonce accueillie avec colère par les Palestiniens. “C’est une violation flagrante du droit international, c’est du vol de terre flagrant, c’est du nettoyage ethnique. Il détruit non seulement la solution à deux Etats, mais toute chance de paix, ça change la donne”, a affirmé Hanane Achraoui, cadre de l’OLP et conseillère auprès de la présidence palestinienne, citée par l’AFP.

Pour le porte-parole du Hamas “Netanyahu est à la recherche de votes d’extrême droite en vendant à son public l’illusion qu’il peut occuper les terres palestiniens pour toujours”, rapporte la même source.

Des propos également condamnés par l’ONU qui, mardi, a qualifié cette perspective comme “dévastatrice pour la possibilité de relancer les négociations, la paix régionale et l’essence même d’une solution à deux États”, rapporte France 24.