ALGÉRIE
23/12/2018 17h:40 CET

Le marché pétrolier sera à l'équilibre début 2019

Les prix ont reculé de 36% depuis octobre et le baril se négociait vendredi à 54 dollars en raison de craintes d'une offre excédentaire et d'une demande mondiale faible

Reuters

La baisse attendue de la production au début de l’année 2019 va enrayer le recul des prix du baril, ont estimé dimanche des ministres de pays de l’Opep réunis au Koweït.

Les prix ont reculé de 36% depuis octobre et le baril se négociait vendredi à 54 dollars en raison de craintes d’une offre excédentaire et d’une demande mondiale faible.

Mais le ministre de l’Energie des Émirats arabes unis, Suhail al-Mazrouei, qui assure la présidence de l’Opep, a déclaré que l’excédent sur le marché était plus faible que ce qu’il était en 2017 et estimé qu’il devrait se résorber en un ou deux mois.

“Selon les chiffres dont nous disposons, nous avons un excédent d’environ 26 millions de barils, contre 340 millions de barils au début de 2017”, a déclaré M. Mazrouei lors d’une conférence de presse à Koweït.

“Je pense que nous pouvons facilement nous accommoder de cet excédent et atteindre un marché équilibré en un ou deux mois, soit au cours du premier trimestre de l’année prochaine”, a-t-il dit.

Des producteurs membres et non membres de l’Opep ont convenu au début de décembre de réduire la production de 1,2 million de barils par jour à partir du 1er janvier pour soutenir les prix.

Selon M. Mazrouei, il y a eu une offre excédentaire au cours des derniers mois et la baisse de la production iranienne en raison des sanctions a été moins importante que prévu.

Le ministre irakien du Pétrole, Thamer al-Ghadhban, a souligné qu’il existe un consensus entre les producteurs membres et non membres de l’Opep pour respecter le nouvel accord de réduction de la production pour stabiliser le marché.

La nouvelle entente est valide pour six mois et les ministres se réuniront en avril pour évaluer l’impact des réductions, a-t-il rappelé.

En attendant, les limitations de production “arrêteront la chute des prix”, a-t-il assuré.

Selon M. Mazrouei, les producteurs sont prêts à reconduire l’accord ou à augmenter les réductions si le marché ne réagit pas.

“Si la diminution de 1,2 million de barils par jour n’est pas suffisante, nous nous reverrons pour voir ce qu’il faut faire et nous agirons en conséquence”.

Lors de leur réunion d’avril, les producteurs sont également invités à signer un accord à long terme pour formaliser la coopération entre membres et non membres de l’Opep.

La nouvelle alliance prévoit une coopération plus étroite avec la Russie et d’autres producteurs non membres du cartel.