MAROC
17/11/2018 16h:12 CET

Le Liban invité d'honneur du Festival international du cinéma d'auteur de Rabat

14 films marocains et étrangers sont en compétition officielle de ce festival.

IMDB
Image du film "Good Morning" du Libanais Bahij Hojeij, sélectionné en compétition officielle du Festival international du cinéma d’auteur de Rabat.

CINÉMA - Plus de 70 productions cinématographiques seront projetées lors du 23e Festival international du cinéma d’auteur de Rabat qui met en lice, du 16 au 24 novembre, quatorze films dans le cadre de la compétition officielle.

La cérémonie d’ouverture de cette manifestation, organisée à l’initiative de l’Association du Festival International de Rabat pour la culture et les arts avec le Liban comme invité d’honneur, s’est déroulée vendredi soir au Théâtre national Mohammed V à Rabat.

Les films en (et hors) compétition

Les films participant à la compétition officielle sont “Youtopia” du réalisateur italien Berardo Carboni, “Resurrection” de Kristof Hoornaert (Belgique), “Good morning” du Libanais Bahij Hojeij, “Namme” réalisé par Zaza Khalvashi (Géorgie), “Volcano” du Serbe Roman Bondarchuk et “Weldi” du Tunisien Mohamed Ben Attia.

Il s’agit aussi de “The journey” de l’Irakien Mohamed Al Daradji, “Amir” de Nima Eghlima (Iran), “El autor” de l’Espagnol Martin Guenca, “La dormeuse Duval” du Français Manuel Sanchez, “Nadira” de Kamal Kamal (Maroc), “Solo” de Abdellatif Abdelhamid (Syrie), “Ecrire sur la neige” du Palestinien Rashid Masharawi, et “Laaziza” de Mohcine Besri (Maroc).

En plus des films en compétition officielle, un dizaine de films seront projetés pendant la semaine du festival dans différentes salles de la capitale, parmi lesquels les films libanais ”L’Insulte” de Ziad Diouri, “Caramel” de Nadine Labaki, “Hallal Love” de Assad Fouladkar, “Une chambre pour homme” de Anthony Chidiac et “Stable instable” de Mahmoud Hojeij.

Hommages rendus

L’ouverture du festival a été marquée par un hommage appuyé à l’actrice marocaine Fatima Harrandi (Raouia) en reconnaissance de sa brillante carrière artistique. Un vibrant hommage a été également rendu à l’acteur égyptien Mahmoud Hemida ainsi qu’au cinéaste américain d’origine éthiopienne Haile Gerima.

Par la même occasion, le président de l’Association du Festival international de Rabat pour la culture et les arts, Abdelhaq Mantrach, a mis en avant le rôle du septième art dans la diplomatie culturelle, relevant que le cinéma “rétrécit les distances, élimine les frontières et efface les images stéréotypées”.

Il a également fait savoir que cette édition sera marquée par la projection des films de réalisateurs marocains résidant à l’étranger, ”à même d’accompagner leurs créations cinématographiques en tant que produit culturel et artistique marocain”.

Conférences, ateliers, master class...

En plus des projections de films, des conférences, master class, ateliers et tables rondes sont prévus, notamment une conférence sur le cinéma libanais organisée dimanche 18 novembre à 10h30 au musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MMVI).

Le jury du festival, présidé par le cinéaste et professeur de cinéma Haile Gerima, est composé de la professeure en psychologie de l’acteur, Rose-Marie Chahine (Liban), de l’artiste-peintre Hassan Bourkia (Maroc), du chercheur en philosophie Manuela Paschi (Italie), du réalisateur David Pierre Fila (France-Congo), de la journaliste spécialisée Catherine Ruelle (France), et de la journaliste et cinéaste Lidia Peralta Garcia (Espagne).

A l’issue de cette cérémonie inaugurale, il a été procédé à la projection du film japonais “une affaire de famille”, qui a remporté a Palme d’or du Festival de Cannes, de son réalisateur Hirokazu Kore-Eda.