MAROC
16/07/2019 15h:45 CET

Adnan Oktar, leader d'une "secte" en Turquie, risque jusqu'à 870 ans de prison

Le controversé télévangéliste Adnan Oktar est visé par une vingtaine d'accusations, dont espionnage et agression sexuelle.

Anadolu Agency via Getty Images

TURQUIE - Son arrestation l’année dernière avait secoué le pays. Adnan Oktar, leader d’un étrange groupe religieux mêlant islam, créationnisme et danses langoureuses, risque jusqu’à 870 ans de prison, rapporte la presse turque. Ce dernier est en effet depuis un an sous le coup d’une enquête de la justice turque.

Selon l’agence de presse turque Anadolu Agency, il est visé par une vingtaine d’accusations parmi lesquelles espionnage, création et gestion d’une organisation criminelle, agression sexuelle, chantage, persécution, privation de liberté, blanchiment de la valeur d’actifs résultant d’actes criminels... 

Selon la même source, l’acte d’accusation comprend 125 victimes et plaignants, parmi lesquels 23 ont été entendus par la police. Des analyses médico-légales ont, elles, visé 52 autres suspects.

Longtemps dans le collimateur des autorités judiciaires et religieuses turques, Adnan Oktar a finalement été arrêté en juillet 2018, en compagnie de nombreux de ses “fidèles”.  

Adnan et ses “kittens”

Adnan Oktar, qui s’est fait connaître dans le pays avec son ouvrage remettant en question la théorie de l’évolution de Darwin, “L’Atlas de la création”, est également célèbre pour être à la tête le l’organisation “Harun Yahya” (son nom de plume), considérée comme une secte par certains observateurs.

Le prédicateur a notamment longtemps eu sa propre chaîne, A9, qui diffuse des émissions consacrées à la religion et ses théories créationnistes. Des programmes décriés et dont certaines vidéos étranges ont rapidement fait le tour des réseaux sociaux.

Dans ces extraits, Adnan Oktar est constamment entouré de femmes aux apparences similaires: cheveux longs sombres ou décolorés, lourdement maquillées, allure svelte et vêtements sexy, surnommées ses “kittens” (“chatons”). Ses prêches sont entrecoupés de pauses musicales durant lesquelles les femmes de l’assistance sont encouragées à danser.