TUNISIE
15/05/2019 10h:02 CET

Le journaliste Mohamed Boughalleb menacé de mort à Cannes: Il explique ce qui s'est passé

Un groupe d'individus, l'a suivi en voiture avant de le menacer de mort.

Le journaliste Mohamed Boughalleb, présent à Cannes pour couvrir le festival, a été menacé de mort par un groupe d’individus, probablement tunisiens, dans la soirée du lundi alors qu’il rentrait, avec sa femme, vers leur lieu de résidence.

“Je suis arrivé lundi au courant de la journée à Cannes (...) après la rupture du jeûne, je suis sorti avec ma femme pour rencontrer une de nos amies (...) dans un des cafés de la ville” a-t-il raconté à la radio Shems Fm.

“Vers 00h40, nous avons quitté le café et rentrions à pied vers notre lieu de résidence. À un certain niveau de la rue d’Antibes, une voiture s’arrête à notre niveau. Déjà, avant qu’elle arrive à notre niveau, j’ai entendu des insultes. J’ai essayé d’éviter de leur répondre mais ils ont continué de m’insulter avec des mots très violents” a-t-il décrit avant de continuer: “J’ai poursuivi ma route normalement. Leur voiture roulant dans le sens inverse du lieu où j’allais, je me disais que ça s’arrêterait là”

“Mais après quelques mètres, j’ai été étonné de voir cette voiture remonter toute la rue d’Antibes, faire demi-tour et nous suivre. La rue était déserte (...) La voiture s’est arrêtée en plein milieu de la route, le conducteur a ouvert sa porte et m’a adressé des menaces de morts: ‘on va te tuer ici. Tu n’est pas à Tunis ici, personne ne viendra te secourir’ ” relate le chroniqueur de la radio Shems Fm et de la chaine Attessia Tv.

Le journaliste ayant pris son téléphone à la main, le conducteur de la voiture prit peur et détala en vitesse explique-t-il.

 

“J’ai informé le consulat général de Nice à l’aube et suis allé au commissariat de police de Cannes, qui a été d’un grand professionnalisme (...) ils ont ouvert une enquête et j’attend la suite” dit-il liant cette affaire au contexte politique que traverse la Tunisie, notamment dans le cadre d’une campagne électorale qui s’annonce délétère: “Cette histoire fait peur, vu le contexte dans lequel se déroule cette année électorale. La violence et les menaces de mort sont devenus des choses banales” a-t-il regretté.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.