TUNISIE
17/07/2018 13h:11 CET | Actualisé 19/07/2018 17h:35 CET

Le HuffPost Tunisie vous raconte le Fairground Festival: Scoop sur la prochaine édition

De 4000 festivaliers le premier jour, le nombre grimpe à 7000 fairgrounders le deuxième jour.

Badis Choukatli pour le HuffPost Tunisie

Le Fairground Festival a installé ses couleurs pour sa troisième année à l’Ecovillage de Sousse, les 13 et 14 juillet. Les fidèles festivaliers se sont rués vers ce village aux multiples attractions, élaborées pour l’occasion.

D’autres sont venus le découvrir pour la première fois. “J’ai raté les deux éditions précédentes et je suis ravie d’assister à cette troisième édition. L’endroit est magnifique et la musique est si bonne!”, témoigne Nadia.

Comme chaque année, la line-up est grandiose et partagée sur deux scènes. Une pour les Djs internationaux, une deuxième pour les Djs tunisiens.

Badis Choukatli pour le HuffPost Tunisie

 

Le premier jour commence avec Doob & Janoma, suivis par Mira, Black Coffee et s’achève à 5h du matin avec Ame.
De l’autre côté, pas loin de l’espace chill, se trouvent les djs tunisiens, les talentueux Joss Nacim Gasili, Osse, Oz et Shilli.

Niki Sadeki ouvre la deuxième journée, la grande scène accueille ensuite Wide Awake, Shkoon, Lum, Satori & The Band from Space, Sainte Vie et enfin Nastia.
Au second stage, les djs tunisiens ont autant enflammé la foule. Eyth, Gleam of Hope, Kemist et pour finir Noy Ara ont mixé jusqu’à l’aube.

 

Les Djs étrangers ont apprécié, autant que les festivaliers, l’expérience Fairground. Pour Satori, “C’est un festival digne d’Amsterdam”. “Une excellente sono”, affirme Shkoon et “une scène énormissime” pour Doob & Janoma mais aussi Niki Sadeki.

Badis Choukatli pour le HuffPost Tunisie

 

Et ceci n’est qu’un avant goût. Vous retrouverez bientôt les interviews en intégral avec ces artistes sur le HuffPost Tunisie.

Mais pour Nastia, tout ne s’est pas bien passé. La djette a posté sur sa page Facebook un statut à travers lequel elle raconte sa mauvaise expérience. Et ce ne serait pas la première fois qu’un gig se passe mal pour elle en Tunisie. “Je crois que cette fois, c’en est trop”, a-t-elle écrit, “Il y a eu un retard dans la timetable, et pour moi, ce n’est pas grave, je pouvais jouer mon set jusqu’à la fin, sauf qu’à 5:55, on est venu me dire que je n’avais plus que trois minutes pour finir (...) Le promoteur est venu me dire plus tard qu’il a parlé aux autorités et que je pouvais jouer encore 40 minutes, mais ils ont déjà tué ma vibe”.

 

À cela, les organisateurs ont réagi positivement en demandant des excuses à Nastia “d’avoir coupé le son à 6 :20. Nous n’avions pas le choix, la police est intervenue”, tout en la remerciant pour sa présence et son énergie positive, “Ton set était de loin le meilleur de la deuxième journée”.

 

Au “second stage”, le deuxième jour, on assiste à des coupures répétitives de son. C’était le cas pour les sets de Kemist puis de Noy Ara qui en ont souffert. Les sourires se dissipent, mais beaucoup de festivaliers restent là à attendre, on les entend râler “Réglez-nous ça vite!!”.

Pour Rami, festivalier, le bémol, c’est d’avoir dédié la grande scène rien que pour les Djs internationaux. “Le Fairground a beaucoup de potentiel. Pour moi, c’est le meilleur en Tunisie, mais on peut l’améliorer. J’aurais souhaité voir les grands noms tunisiens sur le main stage, ils devraient promouvoir plus les artistes locaux qui sont très talentueux et qui percent ailleurs dans le monde. La Tunisie pourrait être le hub de la musique électronique du monde arabe et même de l’Afrique. Le côté artistique est là, mais le côté business devrait suivre pour en faire une réussite totale”.

Presque 4000 festivaliers le premier jour, le nombre grimpe à 4500 fairgrounders le deuxième jour. Pour Imen Klilib, chargé des relations médias du festival, le résultat des 8000 festivaliers a été atteint.

L’espace camping, qui s’étale sur 1500m² en a accueilli “plus de 500, une première en Tunisie”, affirme-t-elle .

 

Imen Klilib affirme également qu’une 4ème édition est déjà prévue, “même dates, même lieu”, annonce-t-elle..“On pense améliorer le scénique pour que le show soit encore plus spectaculaire que cette année et qui va jusqu’au second stage”.