MAROC
21/07/2018 10h:33 CET

Le Hamas et Israël s'accordent sur un cessez-le-feu

Une annonce qui fait suite à une escalade de violences vendredi qui a coûté la vie à quatre Palestiniens et un soldat israélien.

Anadolu Agency via Getty Images

PROCHE-ORIENT - Le Hamas et Israël ont décidé d’un cessez-le-feu tôt samedi, après une escalade de violences vendredi qui a coûté la vie à quatre Palestiniens et un soldat israélien, a annoncé un porte-parole du mouvement islamiste.

“Grâce aux efforts de l’Egypte et de l’ONU, nous sommes parvenus (à un accord) pour revenir à l’état de calme qui précédait entre l’occupation (israélienne) et les factions palestiniennes”, a déclaré Fawzi Barhoum dans un communiqué.

Il s’agit du second accord de cessez-le-feu conclu entre les parties en une semaine, dans un contexte de craintes croissantes d’une nouvelle guerre.

Vendredi, un soldat israélien a été abattu par des tirs palestiniens le long de la frontière, le premier soldat tué dans et autour de Gaza depuis la dernière guerre lancée par l’armée israélienne contre le Hamas, en 2014. Trois guerres ont opposé le Hamas à Israël depuis 2008.

Trois combattants du Hamas ont été tués alors qu’Israël ripostait par des frappes aériennes sur des dizaines de cibles.

Un quatrième homme palestinien a été tué, abattu lors d’une manifestation à la frontière entre Gaza et Israël. 

BASHAR TALEB via Getty Images

Climat toujours tendu

Ce samedi 21 juillet, aucune attaque aérienne israélienne ou tir de roquette vers le sud d’Israël depuis Gaza n’a été signalé après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu peu après vendredi minuit, selon des sources israéliennes et palestiniennes. 

Les responsables politiques et militaires israéliens ont toutefois refusé samedi de confirmer qu’un cessez-le-feu avait été conclu, tout en affirmant qu’un “calme total” règne depuis des heures sur le terrain. 

Le président palestinien Mahmoud Abbas a, lui, mis en garde vendredi contre l’escalade des tensions entre le mouvement Hamas et Israël dans la bande de Gaza. “La présidence palestinienne appelle la communauté internationale à intervenir immédiatement pour enrayer la détérioration de la situation à Gaza”, indique un communiqué de la présidence diffusé par l’agence de presse palestinienne WAFA.

“M. Abbas a eu des discussions intenses vendredi avec des parties régionales et internationales pour enrayer la crise dans la région”, ajoute le communiqué.

Depuis le 30 mars, des Palestiniens manifestent régulièrement dans le secteur frontalier pour dénoncer le blocus israélien imposé à Gaza et exiger le retour des réfugiés palestiniens chassés ou qui ont fui leurs terres en 1948 lors de la création de l’Etat d’Israël.

Au moins 149 Palestiniens ont été tués par l’armée israélienne et plus de 4.000 blessés par balles depuis cette date.