ALGÉRIE
30/03/2018 17h:04 CET | Actualisé 04/04/2018 14h:23 CET

Le groupe Hasnaoui, un écosystème industriel pour "une solution globale"

Ahmed Sahara
Un employé de Strugal Algérie, filiale du groupe Hasnaoui, au travail, le 28 mars 2018.

A l’ouest de l’Algérie, le groupe Hasnaoui n’est plus à présenter. Né il y a plus de 40 ans à Sidi Belabbès, cet écosystème industriel compte aujourd’hui 17 entreprises spécialisées dans divers domaines de la construction pour la plupart et dont la cité El Ryad à Oran est un des projets phares.

Avec plus de 3000 employés en tout, le gros des 17 filiales du groupe est implanté dans la zone industrielle de Sidi Belabbès. Parmi elles, la société « mère » du groupe, BTPH Hasnaoui Spa. Créée en 1974 par Brahim Hasnaoui, l’entreprise spécialisée aujourd’hui dans le bâtiment, les travaux publics et l’hydraulique déploie une capacité de réalisation de 1000 logements par an. La société réalise aussi des projets civils et industriels, en plus de la commercialisation du béton prêt à l’emploi.

Les autres filiales ont été créées selon les besoins de cette société « noyau » devenue aujourd’hui un ensemble qui se propose comme une « solution globale » selon la devise du groupe.

« A chaque fois que BTPH Hasnaoui voulait développer sa propre solution, une nouvelle entreprise est née », a affirmé Samir Douar, le directeur marketing du groupe.

La SECH, filiale d’exploitation des carrières lancée en 1995 ou encore MDM, entreprise de menuiserie lancée en 2011, ont d’abord été créées pour les besoins du groupe, avant de se développer pour conquérir le marché national.

« L’empire » Hasnaoui compte aussi des entreprises en coopération avec des acteurs étrangers. Strugal Algérie, lancé en 2011 et fruit d’un partenariat avec le groupe espagnol du même nom, produit des profilés d’aluminium haut de gamme aux normes européennes. Grupopuma Algérie, une autre filiale en association avec un autre groupe espagnol, produit des mortiers prêts à l’emploi depuis 2010 dans deux usines, une à Sidi Belabbès et l’autre à Constantine. TECHNACHEM Algérie, autre partenariat avec une entreprise italienne, se spécialise dans la chimie de la construction et produit adjuvants pour ciment, béton et mortiers depuis 2008.

Même chose pour Alopstone, une société de transformation de la pierre. Ce partenariat algéro-portugais sélectionne et façonne des matériaux comme le marbre, le granit ou la pierre. Lancée en 2015, l’entreprise est l’une des filiales les plus récentes du groupe et la seule à transformer du marbre brut en Algérie, ramené notamment de Tamanrasset.

Le groupe s’est également lancé dans les télécoms. Depuis 2012, HTA (Hasnaoui Télécom Algérie) a développé depuis 2012 une solution IPTV déployée à la cité El Ryad à Oran. En attendant de généraliser ce service au territoire national, HTA s’est lancé aussi dans le montage des caméras de surveillance et compte également monter des serveurs, des routeurs et d’autres composants de réseaux.

Le groupe Hasnaoui comprend aussi SODEA (Société de développement agricole). Créée en 2000, l’entreprise reprend le slogan « solution globale » pour l’appliquer au domaine agricole. Elle propose aux agriculteurs des outils dont des systèmes d’irrigation, des machines et des prestations pour la modernisation de leur activité et l’amélioration de la productivité.

Cité El Ryad, une référence

Si le groupe a réalisé plus de 40 000 logements à Sidi Bellabès, son projet phare dans le domaine est aussi son unique en dehors de cette wilaya. La cité El Ryad à Bir El Djir à l’est de la ville d’Oran est présenté comme une référence en matière d’urbanisme, mais elle est aussi la convergence des spécialités BTPH du groupe Hasnaoui.

Les 1772 logements n’occupent que la moitié des 42 hectars de la superficie de la cité. Le reste est aménagé en espaces verts et espaces communs. Pour la construction, le groupe a utilisé les matériaux et les solutions développés « in house », du béton à la menuiserie en passant par les systèmes d’isolation thermique fabriqués par Grupopuma Algérie et utilisés pour une meilleure efficacité énergétique.

 

Ahmed Sahara

 

Cédés selon un modèle de copropriété, les logements ont été vendus a un prix de 130 000 DA/m² alors que les villas ont atteint les 200 000 DA/m². Bien que la totalité des habitations soit vendue, M. Douar affirme que le cadre de vie agréable de la cité El Ryad fait que le groupe reçoit toujours des demandes.

 

Et pour cause. La cité est gérée par la société G.I. Ryad. Elle s’occupe du gardiennage, de l’hygiène et de la maintenance des espaces communs. Dotée de moyens humains par le groupe Hasnaoui, la société deviendra, avec le temps, une société par actions détenue par les copropriétaires.

 

Les 140 employés de G.I. Ryad assure la maintenance et la sécurité de la cité 7 jours sur 7 et l’hygiène 6 jours sur 7. Elle assure le tri sélectif des déchets qui couvre une partie des finances de l’entreprise grâce à la vente des matériaux recyclables. Les copropriétaires payent également un montant mensuel de 5000 DA à la société.

 

«Au delà de la cité El Ryad, c’est vraiment un modèle de gestion urbaine que nous voulons vulgariser et transmettre. Des autorités locales et des promotions de tout le pays nous contactent en ce sens », a indiqué Malika Abdelouahab, directrice générale de G.I. Ryad.