04/04/2019 14h:15 CET | Actualisé 04/04/2019 14h:15 CET

Le groupe CDG et la CDC du Niger signent un accord de coopération bilatérale

Afin de partager expertises et conseils et renforcer la coopération Sud-Sud.

CDG

ÉCONOMIE - Le Maroc et le Niger ont conclu un accord de coopération bilatérale, le 3 avril à Rabat. Le groupe marocain de la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) a réaffirmé sa disposition à faire bénéficier la Caisse des Dépôts et consignations (CDC) du Niger de son expertise dans différents domaines, annonce un communiqué de la CDG. Ce partenariat s’inscrit dans la lignée de la coopération Sud-Sud. 

Les deux institutions, représentées par Abdellatif Zaghnoun et Oussman Idi Ango, ont ratifié l’accord de coopération qui fait suite à la dynamique insufflée en 2011 à Marrakech pour améliorer les liens bilatéraux entre les Caisses de Dépôts et renforcer les relations dans les domaines liés à la gestion de l’épargne, au financement des PME-PMI, à l’ingénierie civile et financière et au secteur de l’immobilier, relève la même source. 

Cet accord confirme les nombreuses convergences d’intérêt entre deux institutions reconnues dans leurs pays respectifs en tant qu’acteurs majeurs du développement économique et du soutien aux politiques publiques, souligne le top management de la CDG. 

Renforcer la coopération Sud-Sud

Accompagné d’une forte délégation de hauts responsables, Oussman Idi Ango a salué le travail de la CDG durant ses soixante années d’existence et son rôle d’investisseur dans les grands chantiers qui contribuent au développement du Maroc. Afin de solidifier la coopération Sud-Sud, un enjeu majeur du continent africain, les deux responsables ont ainsi convenu de coordonner leurs actions visant à promouvoir la coopération entre les CDG et la CDC et “oeuvrer au renforcement des échanges permanents et constructifs entre les dirigeants des deux institutions”, précise le communiqué. 

La CDG a rappelé son engagement en faveur du continent africain (elle était, avant 2004, l’unique caisse de dépôt en Afrique) et sa mise à disposition de son expertise auprès de plusieurs pays ce qui a permis la création de sept caisses de dépôt et de trois autres en instance de création. Elle met également à disposition des pays africains son expertise en matière d’ingénierie via sa filiale NOVEC. Cette dernière s’articule autour de quatre secteurs, à savoir le bâtiment, l’eau et l’environnement, les infrastructures et l’agriculture et l’énergie. Installée au Gabon, la filiale est intervenue au Congo, au Burkina Faso et au Cameroun.