ALGÉRIE
22/09/2019 11h:58 CET

Le gouvernement renonce au financement non conventionnel

NurPhoto via Getty Images
The new Prime Minister Noureddine Bedoui hosts a press conference in Algiers on March 14, 2019 Algeria's interior minister Noureddine Bedoui was named prime minister on March 11, the official APS news agency reported, in a political shake-up as President Abdelaziz Bouteflika announced his withdrawal from elections. Bedoui replaces Ahmed Ouyahia as premier and has been tasked with forming a new government, according to APS. (Photo by Billal Bensalem/NurPhoto via Getty Images)

Le Premier ministre, Noureddine Bedoui, a annoncé, samedi à Alger, la décision du gouvernement “de renoncer définitivement au financement non conventionnel”.

Le PM a justifié cette décision par “les lourdes responsabilités que chacun de nous doit assumer pour la préservation des chances et droits des futures générations, qui ne doivent aucunement être hypothéqués ”, a-t-il affirmé dans une allocution lue par le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Salah Eddine Dahmoune, à l’ouverture de la Conférence nationale sur le renforcement de la prise en charge sanitaire dans les wilayas du Sud et des Hauts plateaux

En réalité depuis le mois de septembre 2019, le gouvernement Bedoui avait décidé de suspendre le recours à cette pratique.

Dans un entretien accordé à l’agence de presse APS en septembre,  le ministre des Finances, M Loukal avait annoncé la mesure prise par le gouvernement « Le financement non conventionnel pour l’exercice en cours (2019) a été gelé, mais il reste un levier important, mais non exclusif, de financement pour le Trésor jusqu’à 2022”, avait-il déclaré.  

M.Loukal a, fait savoir que la décision de “suspendre temporairement” le recours à ce mode de financement, communément appelé “planche à billets”, a été prise lors d’une réunion du gouvernement, tenue le 26 juin dernier.

Rendu possible grâce à un amendement de la loi sur la monnaie et le crédit, autorisant le Trésor public à s’endetter directement auprès de la Banque d’Algérie (BA), le financement non conventionnel était programmé pour une période transitoire de cinq ans (2017-2022). Cette période devait voir la concrétisation de réformes structurelles importantes.