TUNISIE
31/10/2019 13h:07 CET

Le gouvernement demande un audit des comptes de la TRANSTU et de la STS

Le ministère du Transport explique que ces décisions ont été prises à la suite de deux opérations de vol de l’argent public

Facebook/TRANSTU
Logo de la Transtu

L’inspection générale relevant du ministère du Transport a été chargée de procéder à un audit approfondi de la TRANSTU et de la Société de transport du Sahel (STS), outre l’engagement de procédures judiciaires, et ce dans le cadre de la lutte contre la corruption. C’est le département du Transport qui l’a annoncé dans un communiqué publié dans la soirée du mercredi 30 octobre.

Le ministère du Transport explique que ces décisions ont été prises à la suite de deux opérations de vol de l’argent public, découvertes au sein de la TRANSTU et de la STS. Ces audits vont permettre de déterminer les responsabilités juridiques et de prendre les mesures à même de remédier aux défaillances qui ont abouti à ses abus, pour éviter la récidive.

A noter que le juge d’instruction au tribunal de Mahdia a ordonné, mercredi, de placer en garde à vue, deux agents de la société de transport du Sahel pour suspicion de vol d’huiles de moteurs et de pneus.

Férid Ben Jeha, porte-parole des tribunaux de Monastir et Mahdia, a indiqué qu’un troisième agent a été arrêté, au début de cette semaine, suite à une plainte déposée par le représentant juridique de la société.

Un responsable des achats, un chauffeur et un magasinier sont suspectés dans cette affaire qu concerne la STS. Un audit sera réalisé pour évaluer la valeur des produits volés et qui sont estimés à des milliers de dinars.

Un agent de la TRANSTU a été arrêté à son bureau, mardi 29 courant; il est accusé d’avoir dérobé de l’argent public. L’arrestation est intervenue suite à une plainte déposée par le député Imed Daimi, à l’encontre de ce fonctionnaire auprès du pôle judiciaire économique et financier.

Selon un communiqué publié mercredi, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a décidé, après concertation avec la présidence de la République, de charger le Comité du contrôle général des services publics d’effectuer un audit administratif et financier au ministère des Affaires étrangères et dans d’autres services administratifs.

La présidence du gouvernement explique que cette décision s’inscrit dans le cadre du souci de rationaliser le travail des structures et services publics. Il s’agit, également de conférer davantage de transparence et d’efficience à la gestion des institutions de l’Etat et d’en promouvoir le rendement.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.