10/04/2019 11h:53 CET | Actualisé 10/04/2019 11h:53 CET

Le FMI prévoit une croissance de l'économie marocaine à 3,2% en 2019

Et une croissance de 3,8% en 2020.

RomanBabakin via Getty Images

ECONOMIE - L’économie marocaine devrait gagner 0,1% de croissance et passer de 3,1% en 2018 à 3,2% en 2019, estime le Fonds monétaire international (FMI) dans un rapport sur les perspectives de l’économie mondiale rendu public mardi à Washington.

L’institution internationale prévoit même pour le royaume une croissance de 3,8% en 2020. Le taux de chômage devrait également baisser à 9,2% en 2019 et 8,9% en 2020, selon la même source.

Sur le plan mondial, le FMI prévoit une croissance économique de 3,3% en 2019, contre 3,6% réalisée en 2018, un chiffre en baisse de 0,4 point par rapport aux prévisions du Fonds d’octobre 2018. Environ 70% de l’économie mondiale est concernée par ce ralentissement, a indiqué la chef économiste du FMI, Gita Gopinath, citant notamment les États-Unis, la zone Euro, le Royaume-Uni, le Japon, le Canada, l’Amérique latine et la région Moyen-Orient/Afrique du Nord (MENA).

Ainsi, le FMI prévoit cette année une croissance de 1,3%, pour la région MENA, en baisse de 0,9% par rapport à ses projections de janvier, principalement en raison du ralentissement de la croissance pétrolière et des conflits qui agitent la région. Toutefois, l’économie de la région devrait se redresser en 2020 avec une croissance saine de 3,2%, selon les prédictions.

La zone euro enregistrerait une croissance de 1,3% en 2019, après 1,8% l’année dernière, estime le FMI qui s’attendait à un taux de 1,6% lors de ses prévisions de janvier.

De manière globale, la confiance des consommateurs et des entreprises s’est affaiblie et la production automobile en Allemagne est perturbée par l’introduction de nouvelles normes d’émission, l’investissement a chuté en Italie avec l’élargissement de sa dette souveraine et la demande extérieure, en particulier des pays émergents d’Asie, s’est atténuée, relève l’institution financière internationale.

Aux États-Unis où la croissance devrait reculer à 2,3% (-0,2 point) après 2,9% l’an passé, le FMI constate que les effets des mesures pour stimuler l’économie s’estompent, tandis que les dépenses budgétaires sont moins importantes que prévu.