TUNISIE
11/10/2018 12h:26 CET

Le film "RBG" retrace la vie de la juge et icône américaine Ruth Bader Ginsburg

Aujourd'hui, RBG est l'une des seules voix progressistes et dissidentes de la plus haute autorité judiciaire américaine

DOCUMENTAIRE - Si vous ne la connaissez pas, vous avez de la chance de la découvrir, tant son parcours est inspirant. Ruth Bader Ginsburg est devenue, en l’espace de quelques décennies, une icône populaire aux Etats-Unis. Le documentaire “RBG” retrace la vie de cette femme de 85 ans, qui se bat pour les droits des femmes et des minorités et qui siège à la Cour Suprême américaine depuis 1993.

Aujourd’hui, RBG est l’une des seules voix progressistes et dissidentes de la plus haute autorité judiciaire américaine. Le film, sorti ce mercredi 10 octobre 2018 en France, a été réalisé par deux journalistes femmes, Betsy West et Julie Cohen. S’en dégage le portrait d’une femme qui s’est battue constamment et méthodiquement pour l’égalité homme/femme et contre les discriminations. Avec une arme en poche: la loi.

“Ses arguments sont tellement puissants et magnifiques, raconte au Huffpost Zabou Breitman, que la loi devient une bonne raison pour le peuple.” L’actrice, qui interprète la voix française de RGB dans le film, compare le travail de RBG à celui de Simone Veil pour l’avortement ou de Robert Badinter contre la peine de mort, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

 

“Les juges ne croyaient pas en l’existence d’une discrimination selon le sexe.”

Née en 1933 à Brooklyn, New York, la jeune Ruth Bader Ginsburg intègre l’École de droit de Harvard en 1956, où elle est l’une des neufs femmes dans une promotion comptant plus de 500 hommes. Mariée et ayant déjà deux enfants, elle va devenir l’une des meilleures dans son domaine.

 

Devenue avocate, elle choisira de défendre en particulier des dossiers traitant de discrimination selon le genre. Entre 1973 et 1976, elle fait valoir six cas devant la Cour Suprême et remporte cinq victoires. “Je me voyais comme une institutrice de maternelle à cette époque, raconte RBG dans le film. Les juges ne croyaient pas en l’existence d’une discrimination selon le sexe.”

Juge à la Cour Suprême américaine

Cas après cas, affaire après affaire, Ruth Bader Ginsburg fait évoluer les lois en faveur de l’égalité. En 1993, poussée par son mari Martin Ginsburg, qui a vite compris que son destin professionnel était voué à la porter au sommet du pouvoir, elle rencontre Bill Clinton qui cherche un nouveau juge pour la Cour Suprême.

Interviewé dans le film, l’ancien président des États-Unis raconte: ”Ça m’a pris un quart d’heure, pas plus, pour décider que ce serait elle.” Depuis, elle est considérée comme un membre progressiste (liberal) de la Cour suprême. À 85 ans, elle n’a pas peur de faire entendre sa voix, souvent dissidente.

Très plébiscitée par la jeunesse américaine, elle est devenue une vraie icône de la pop culture. Chacune de ses interventions publiques embrase les réseaux sociaux et son personnage est un classique des caricaturistes et sketchs comme le Saturday Night Live

Le dernier rempart anti-Trump

“Avec notre situation politique actuelle, la nomination du juge Kavanaugh, les mouvements #MeToo et Time’s Up, les gens sont prêts à entendre l’histoire d’une femme qui n’a pas eu peur de dire la vérité à ceux qui détiennent le pouvoir” affirme une des réalisatrices, Betsy West, dans une interview donnée au Figaro.

Ce documentaire rappelle l’importance de RBG à l’un des neuf sièges de la Cour Suprême américaine. Elle est aujourd’hui l’une des femmes les plus influentes au monde et le dernier rempart anti-Trump, qu’elle avait traité d’“imposteur” durant la campagne présidentielle, sortant alors de son devoir de réserve.

“On se dit: ‘Reste longtemps, jusqu’à 104 ans, avec cet esprit-là, cette brillance-là et cette justice! Cette femme est la justice en marche” admire Zabou Breitman. Elle représente désormais, du haut de ses 85 ans, la frange libérale de la plus haute juridiction américaine.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.