ALGÉRIE
17/09/2019 19h:31 CET

Le FIBDA 2019 célèbre les 50 ans de M’qidech, les 80 ans de Batman et les comics

Facebook/Fibda
Conférence du lancement du Fibda

Les Etats Unis est le pays invité d’honneur du 12ème Festival international de bande dessinée d’Alger (FIBDA) prévu du 1 au 5 octobre 2019 à l’Esplanade de l’Office Riad El Feth. Une quinzaine d’auteurs, d’enseignants et d’illustrateurs américains de Comics sont invités au Festival pour présenter leurs ouvrages et animer des ateliers. Certains d’entre eux ont contribué à des œuvres aussi célèbres que « Batman », « Captain America », « The Black Panter », « Wonder woman » et « Iron Man ». « Nos participants cumulent plus de 200 ans d’expérience dans l’industrie de la bande dessinée. Ils ont travaillé sur des bandes dessinées connues dans le monde entier(…) L’ambassade des Etats Unis est fière de permettre à ces vétérans de l’industrie de la bande dessinée de partager leurs expériences personnelles et la culture populaire américaine avec les artistes et le public algérien, et de découvrir par eux même la communauté dynamique des caricaturistes et bédéistes algériens », a déclaré  l’ambassadeur des Etats Unis à Alger, John P. Desrocher lors d’une conférence de presse à l’hôtel New Day, à Hussein Dey, à Alger. Le diplomate s’est dit impressionné par « l’enthousiasme et le dévouement des fans algériens de la bande dessinée ». Il a annoncé que l’ambassade prendra en charge tous les frais pour le gagnant algérien de la meilleure idée de bande dessinée pour participer au Comic Con de San Diego en 2020. « Comic Con est le plus grand festival de bande dessinée au monde. Lors du FIBDA, la Pologne proposera un concours de super héros. Le gagnant aura une petite bourse de 1000 euros et son album sera publié en Algérie. Il y a aura des concours financés par des sponsors comme Société Générale et TV5 Monde. Pour le concours de la meilleure affiche (du festival), nous avons reçu des propositions de partout, d’El Oued, de Tlemcen, de Mostaganem, etc. La participation de filles est importante dans le manga et la BD classique cette année. Les garçons ont tendance à s’intéresser aux jeux vidéo et aux films d’animation », a précisé, de son côté, Dalila Nadjem, commissaire du FIBDA.

Concours de gaming et de Cosplay

« Nous avons eu l’honneur de recevoir les coréens et les japonais, pour les mangas, et là nous accueillons les Etats Unis pour les comics. Les comics constituent une des principales lectures des jeunes. Ils sont au courant de tout. Nous allons présenter des ouvrages en anglais et en français. Tous les albums que les auteurs ramènent seront gratuits. Il y aura une tombola et des jeux de questions-réponses», a-t-elle ajouté. La
Pologne participe pour la première fois au FIBDA en présentant le super héros Thorgal. Une exposition sera consacrée à Spirou pour ses 70 ans et une conférence à Batman pour ses 80 ans. « Nous glorifions avec nos artistes algériens de la première génération les cinquante ans de M’Qidech, cette légendaire revue née en 1969 et qui a marqué la jeunesse algérienne de l’époque tout en restant vivante dans l’esprit de tous aujourd’hui. Les 50 ans de la revue Mquidech seront célébrés à travers une exposition. C’est le clou du FIBDA 2019. La plupart des auteurs algériens sont passés par cette revue. Ils seront tous présents. Nous aurons une pensée pour ceux qui sont décédés. Je souligne que cette édition du festival est dédiée à Rachid Alik. Une présentation des travaux des auteurs américains se fera lors du festival. Ils vont se déplacer ailleurs dans le pays notamment à Constantine. Ils vont visiter les enfants hospitalisés et échanger avec les élèves d’écoles », a indiqué Dalila Nadjem qui a évoqué des concours de gaming et de Cosplay. Selon elle, une cinquantaine d’auteurs algériens et une quarantaine étrangers participent au 12ème FIBDA. « Le festival d’Alger est connu. Nous n’avons pas besoin d’inviter autant d’auteurs. L’essentiel est le partage et l’échange et surtout le développement du 9ème art parce qu’il y a beaucoup de choses à faire encore », a-t-elle dit précisant que le budget du festival est de 25 millions de dinars. Elle a regretté que la BD algérienne n’ait pas encore une grande audience parmi le jeune public. « Les jeunes achètent plus la BD d’importation que la BD algérienne. Pourtant la production locale est de bonne qualité. Je pense qu’il n’y a pas assez de travail de communication pour les auteurs. On ne valorise pas assez nos auteurs algériens. C’est pour cette raison que nous avons consacré une bulle spéciale révélation pour encourager les jeunes auteurs qui ont publié et qui ne sont pas connus pour qu’après, ils partent en vedette à partir d’ici pour se faire connaître à l’international », a-t-elle plaidé.