MAROC
05/09/2018 17h:50 CET

Le festival L'Boulevard dévoile la très attendue programmation de sa 18e édition

De l'atypique, du pointu et des légendes.

LBoulevard 2018

CULTURE - Chaque année, L’Boulevard, festival emblématique casablancais, marque la rentrée avec dix jours de festivités. Pour cette 18e édition, celle de la maturité et du passage à l’âge adulte, le festival confirme sa volonté de réunir toutes les générations autour d’une programmation atypique en laissant scène libre à de grands noms de la musique et à de jeunes talents en devenir.

Du 14 au 23 septembre, le stade du Racing Universitaire de Casablanca (R.U.C) vibrera au rythmes des basses, des guitares et des percussions d’artistes marocains et d’ailleurs, avec toujours ce leitmotiv cher au festival: “F’khater la culture urbaine” (dédicace à la culture urbaine, ndlr). Et pour cette édition, comme à l’accoutumée, les jeunes talents ouvriront le bal avec la compétition “L’Tremplin Boulevard”, où 19 groupes de hip-hop, rock/metal et fusion s’affronteront dans leur catégories respectives devant un public en folie. 

Un public qui sera “invité pendant dix jours à découvrir des groupes locaux ainsi que des jeunes artistes venus de France, d’Algérie, du Sénégal, de Belgique, des Etats-Unis, du Royaume Uni, du Mali, de la Côte-d’Ivoire, et du Maroc” annonce Hicham Bahou, co-directeur du festival, lors d’une conférence de presse. 

De l’atypique, du pointu et des légendes

Et c’est la jeune sensation new-yorkaise aux origines marocaines, Dounia, qui depuis la grande scène, marquera le début du festival avec sa voix envoûtante et son R’n’b résolument féminin et voluptueux, à son image. Celle dont le public outre-Atlantique qualifie la voix de solaire tel “un coucher de soleil marocain au dessus d’un rooftop new-yorkais”, tentera de séduire à son tour la ville blanche.

Impossible d’évoquer la culture urbaine sans inviter celui qui durant des années y a apporté poésie et finesse avec un album, “Opéra Puccino”, qui a à jamais marqué le rap français: Oxmo Puccino, surnommé le “black Jacques Brel” se produira en DJ set sur la scène du Boulevard jeudi 20 septembre. L’occasion de faire (re)découvrir ses classiques sombres et mélancoliques qui, 20 ans après, résonnent toujours avec l’actualité.  

Un concert inédit qui sera suivi du duo de Safi, qu’on ne présente plus, Shayfeen accompagné de Madd, petit prodige du rap marocain. Ambassadeurs de la scène hip-hop du royaume, ces jeunes rappeurs se sont fait connaître à l’internationale pour leur “trap marocaine”, vivement encensée en Europe et même aux Etats-Unis depuis leur titre “Money Call” aux millions de vues sur YouTube.

Et puisque le Maroc n’est pas le seul nids de talents du rap, L’Boulevard rend hommage cette année au 30 ans du hip-hop sénégalais en conviant une figure emblématique de Dakar, le rappeur Nix.

Du côté du rock et du métal, les guitares vont crier avec le groupe français “Rise of the Northstar” qui transportera le temps de quelques minutes, la scène du R.U.C quelque part à Tokyo dans les années 90, avec sa musique inspirée de la culture manga fusionnée à un groove metal. Le tout accompagné de paroles percutantes et engagées. A ne pas manquer, le samedi 15 septembre. 

Les groupes marocains de punk-rock et trash metal ZWM et Thrillogy seront également de la partie pour cette 18ème édition dédiée à celui que l’équipe surnommait affectueusement “Tonton”, le journaliste et écrivain Amale Samie, disparu en janvier dernier et dont la mémoire sera commémorée à travers une résidence artistique réunissant plusieurs de ses amis musiciens avec un répertoire résolument rock.  

L’Boulevard c’est aussi du groove, du châabi, des musiques du monde métissées qui envoûtent et transcendent. Le célèbre Orchestre National de Barbès, composé de musiciens algériens, marocains et français fera danser la foule de Casablanca avec ses sonorités maghrébines ponctuées d’une délicieuse french touch. Et pour ceux dont la soif de rythmes est insatiable, la musique d’Asmaa Hamzaoui & Bnat Timbouktou célébrera la musique gnaoua au son des guembri. Les plus audacieux s’essayeront au raï new wave de Sofiane Saidi & Mazalda. 

Enfin, pour ceux qui souhaitent faire une petite entorse à la programmation musicale et s’abreuver de discussions et talks intéressants, L’Boulevard propose à nouveau cette année, ses rencontres culturelles “Pitch”, son fameux “Le Souk” consacré au travail associatif et militant sur des problématiques liées au développement culture et social à échelle nationale. 

Gratuit et ouvert à tout public, L’Boulevard dévoilera bientôt son programme plus détaillé sur son site et ses réseaux sociaux.