TUNISIE
13/08/2018 21h:19 CET

Le Festival International du Film Amateur de Kélibia ouvre ses portes

Coup d'envoi de la 33ème édition du Fifak

Fifak/FB

Ce dimanche 12 août 2018, la 33ème édition du Festival International du Film Amateur de Kélibia (Fifak) a donné le coup d’envoi du début des festivités.

Théâtre archi-comble et public en délire pour célébrer le septième art ont donné lieu à une cérémonie d’ouverture exceptionnelle, entamée par l’hymne national, chanté à vive voix.

Dans son allocution d’ouverture, le président du festival Aymen Jelili a souligné que ce cet événement annuel est “un rendez-vous incontournable pour les passionnés du cinéma tunisien, et ce depuis plus d’une cinquantaine d’années”. Cette édition mettra en relief les aspirations d’une jeunesse révoltée qui aspire à travers l’art et le cinéma, à traduire son quotidien et rêver d’un avenir meilleur, note-t-il.

La cérémonie d’ouverture a été également marquée par des hommages rendus au pionnier du cinéma tunisien Omar Khlifi, au premier formateur de la jeune association des jeunes cinéastes tunisiens (AJCT qui se muera en FTCA Ahmed Harzallah, au cinéaste Taieb Louhichi, le “maestro” du cinéma africain Idrissa Ouedraogo et la photographe Sophia Baraket, tous disparus cette année.  

La soirée a été, par ailleurs, ponctuée par la “présence indésirable” de la gouverneur de Nabeul qui s’est vue huée, sifflée et chahutée lors de son allocution. 

Pour cette 33ème édition, le Fifak a choisi un jury composé d’artistes de renom en l’occurrence, la chanteuse libanaise Oumaima El Khalil, l’acteur tunisien Ahmed Hafiane, la réalisatrice française Claude Ibrahimoff, l’actrice ivoirienne Naky Sy Savané, le réalisateur italien Eugenio Cappuccio, l’actrice tunisienne Souhir Ben Amara, le musicien tunisien Rabii Zammouri, la cinéaste marocaine Bouchra Ijork, le réalisateur tunisien Sofiane Reguigui, et le réalisateur et producteur tunisien Lassad Oueslati.

C’est le film palestinien Wajib d’Anne-Marie Jacir, une comédie dramatique qui a ouvert le bal. 

Pour ce soir,13 films seront projetés dans le cadre de la compétition internationale. Parmi eux figure le film “60 waiting shots and shot” du réalisateur tunisien Youssef Sanhaji. Un film documentaire de 22 minutes qui retracera la peine de vieux emprisonnés dans une maison de retraite attendant leur mort.   

Avec 12 films en lice dans la compétition nationale et 72 films dans la compétition internationale, le Fifak est sans doute le moment rêvé de découvrir en avant-première de nombreuses productions inédites et savourer en plein air une importante sélection de films nationaux et internationaux.  

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.