MAROC
27/02/2019 17h:02 CET | Actualisé 20/03/2019 09h:47 CET

Le festival international de la culture Aissaoua fait son retour en avril à Casablanca

Et promet une programmation riche et mystique.

Festival Aissaoua

CULTURE - Le festival international de la culture Aissaoua revient à Casablanca, du 18 au 20 avril prochain. Il investira le quartier des Habous et l’esplanade du Palais du Méchouar. Faire rayonner la culture Aissaoua, tel est le pari de ce festival qui organise sa deuxième édition dédiée à ce patrimoine immatériel inscrit dans la culture marocaine depuis des siècles.

“Notre objectif est de mettre en lumière les rituels de cette discipline ancestrale et de contribuer à sa renommée auprès d’un large public, d’où le choix d’organiser le festival à Casablanca. Nous souhaitons surtout initier les jeunes à prendre soin de cet héritage culturel et à connaître ses richesses ” souligne, dans un communiqué, Abdellah Hasnaoui Amri, président de la section Casablanca de l’association Fès Saiss qui organise ce rendez-vous culturel. 

DR

Au programme, diverses manifestations artistiques qui mêleront soirées mystiques, veillées spirituelles, créations, fusions inédites et conférence-débat. Ainsi, le festival espère valoriser la culture Aissaouia et ses composantes, à savoir les poèmes, les louanges et les secrets, et les partager avec d’autres pays arabes, africains et occidentaux, indique le communiqué. 

Le 20 avril, les organisateurs ont prévu un forum pour enrichir le débat autour de cette culture en présence de professionnels et d’experts en la matière. Lors de sa première édition, avec la participation de plusieurs acteurs nationaux et internationaux de renom dans les domaines artistiques et culturels, l’événement avait attiré près de 5.000 festivaliers.

“Après le beau succès de l’année dernière, il était naturel de continuer en 2019
dans la voie de l’exploration d’un champ spirituel qui fait partie d’un patrimoine
profondément enraciné dans l’histoire du Maghreb”, ajoute Driss Alaoui Mdaghri, président national de l’Association Fès Saiss.

“Les troupes engagées n’entendent pas s’inscrire dans l’ordre du spectacle, pour émouvant et passionnant qu’il soit, mais dans celui du partage dans la ferveur d’une foi sans outrance. Les personnes impliquées dans l’organisation du festival et ceux qui y participent sont avant tout mues par le désir de contribuer à un monde meilleur où la paix et la concorde règnent”, ajoute-t-il.

Qu’est-ce que la culture Aissaoua?

“Ordre mystico-religieux, la Tariqa des Aissaoua a pris naissance à Meknès au 15e siècle, par son fondateur Sidi Mohamed Ben Aïssa (surnommé cheikh El Kamel/Maître Parfait). Le terme Aissaoua est d’ailleurs issu du nom du fondateur. Les troupes Aissaoua n’étaient pas en quête de richesse, leur ambition était sociale, celle de créer des liens d’entraide et de fraternité entre les habitants du quartier puis de la ville, abolissant ainsi les différences entre riche et pauvre, homme et femme. Ayant ses rituels spirituels soufis, la culture Aissaoua s’appuie sur certains versets coraniques, des louanges des mantras, qui pour la plupart, visent la glorification du Prophète (SAS). D’ailleurs, certains textes dans le malhoun ou la musique andalouse sont tirés du patrimoine aissaoui antique.
Les Aissaoua sont célèbres dans le monde arabe pour leur musique spirituelle caractérisée par l’utilisation du hautbois (ghaita), de chants collectifs d’hymnes religieux accompagnés par un orchestre de percussions utilisant des éléments de polyrythmie” détaille l’Association Fès Saiss.