ALGÉRIE
03/05/2018 15h:29 CET

Le duo "algorithme-média": Quel impact sur le journalisme digital ?

Les nouveaux médias numériques sont désormais en mesure de proposer des contenus multidimensionnels à partir d’organigrammes algorithmiques.

mrgao via Getty Images
Clavier.

On assiste à un changement profond de la manière de créer et mettre en forme des contenus en ligne voire même de concevoir la transformation numérique du journalisme. La technologie est devenue un véritable moteur à l’impulsion du secteur des médias pour la réalisation de nouveaux contenus numériques en phase avec les exigences des internautes.

Les nouveaux médias numériques sont désormais en mesure de proposer des contenus multidimensionnels à partir d’organigrammes algorithmiques et des conclusions des études décrivant les comportements en ligne de la génération ” mobile only”, devenue adepte de la gratuité du contenu rédactionnel, du “live” vidéo en HD et de l’instantanéité de l’information.

La panoplie des algorithmes impliqués dans la fabrication du nouveau paysage médiatique a presque totalement éloigné les mobinautes des médias traditionnels. Preuve en est, la moyenne d’âge des téléspectateurs a basculé vers le “palier” d’âge des “séniors”. Pas question donc pour les jeunes de continuer à regarder les chaines de télévision quand “les algorithmes médias” leur permettent de devenir à la fois, photographes, cameramen, journalistes et consommateurs. “Facebook Live” est un exemple de la réussite de l’implémentation des algorithmes dans des applications mobiles. Cet outil permet en effet à tout usager du réseau social de devenir le reporter de son quartier ou de sa ville, et de court-circuiter ainsi les canaux d’informations traditionnels en étant près de l’événement.

Les récentes innovations technologiques en matière d’usages de moyens d’accès à Internet et de conception de contenus à mettre en ligne menacent sérieusement l’existence du modèle traditionnel de la presse dont le principe consiste à produire du contenu et le monétiser en le publiant.

Cette percée technologique incessante a fait que la presse est devenue le secteur le plus impacté par la transformation digitale. De l’avis de la plupart des pédagogues des métiers de l’information, le journaliste numérique doit tenir compte des réalités des sociétés connectées.

Les attentes des internautes sont plus nombreuses que celles des traditionnels lecteurs de la presse papier. Ils veulent profiter des nouveaux espaces créés grâce aux technologies du numérique.

Le ciblage des news recherchées, l’interactivité avec l’équipe rédactionnelle et la réactivité à l’information consommée dans les réseaux sociaux sont des exemples des nouveaux paramètres de fonctionnement des médias en ligne. Ces derniers sont devenus une sorte d’espace numérique de fabrication des données destinées aux lecteurs et téléspectateurs numérisés.

Data journalisme

La grande quantité de données générées par les liens des différents supports médiatiques sur la toile dépend grandement du comportement en ligne des internautes. En effet, les équipes rédactionnelles numériques utilisent la technologie, via des algorithmes, pour connaître exactement les préférences des internautes en matière de partages et de commentaires postés sur les réseaux sociaux, mais surtout ce que les usagers recherchent sur la toile. Cette pratique a fait propulser le journalisme vers le monde de la “business intelligence”. Le data journalisme fait désormais partie de la

liste des métiers numériques des professionnels des médias à travers l’utilisation de la data visualisation pour mesurer en temps réel l’audience d’un article. L’apport de l’algorithmique dans la transmission d’une information complexe sera alors productif.

En clair, l’algorithme aura la capacité de comptabiliser le nombre de clics sur un article publié en ligne, en utilisant des outils de statistiques comme Google Analytics.

Mieux, il permettra également d’établir une liste de sujets d’actualités qui passionnent les internautes grâce à l’utilisation simultanée d’outils d’analyse tels que Google News, Apple News, Trending Topics de Twitter et Google Trends. Ce qui facilitera la tâche des journalistes dans le choix des sujets d’article qui répondent aux attentes des lecteurs.

Cependant, les pratiques algorithmiques des nouveaux médias ont besoin d’être encadrées par les professionnels du journalisme, et ce, afin d’éviter à ce que l’algorithme, assisté par l’intelligence artificielle, ne prenne pas le rôle du rédacteur en chef, en privilégiant, par exemple, les fausses nouvelles au détriment d’articles plus qualitatifs, ou en favorisant les clics des robots au détriment des vrais lecteurs en ligne. Des mutations à intégrer dans les écoles de journalisme ou, du moins, dans la formation continue au sein des médias.