MAROC
29/04/2018 10h:38 CET

Le "Disneyland" saoudien commence à sortir de terre

L'immense cité de divertissement ferait plus de deux fois la taille de Disney World.

Handout . / Reuters

INTERNATIONAL - L’Arabie saoudite a, une fois de plus, vu les choses en grand. La construction d’une immense cité de divertissement a démarré à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale Riyad, dans le cadre du plan de développement “Vision 2030”, rapporte la MAP.

L’inauguration des travaux s’est tenue le 28 avril en présence du roi saoudien Salman et du prince héritier Mohammed Ben Salman mais aussi de plusieurs représentants du gouvernement et d’hommes d’affaires, d’après l’agence de presse Reuters.

“Nous ferons appel aux meilleurs pour nous aider à inventer une nouvelle expérience de divertissement pour tous les résidents et les visiteurs de l’Arabie saoudite”, a déclaré le directeur général du centre. 

Le projet, intitulé “Qiddiya”, s’étend sur 334 kilomètres carrés de superficie, soit “deux fois et demi la taille de Walt Disney World” à Orlando, ajoute Reuters. Qiddiya se veut un nouveau centre de récréation regroupant notamment “des installations sportives, culturelles et de divertissement, des centres commerciaux et des hôtels, ainsi qu’un parc safari et des pistes sur sable et asphalte pour les sports automobiles”, selon l’agence de presse saoudienne SPA.

La première phase du projet ouvrira ses portes en 2022 et prévoit d’attirer près d′1,5 million de visiteurs, d’après Reuters.

“Près des deux tiers de la population saoudienne sont âgés de moins de 35 ans. Ce projet vise à répondre à leurs besoins en divertissements. Il permettra de générer quelque 30 milliards de dollars, qui seront utilisés pour développer l’économie locale et créer de nouvelles opportunités professionnelles pour les jeunes saoudiens”, a expliqué Fahd ben Abdallah Tounsi, secrétaire général du Conseil de fondation du projet al-Qiddiya au sein du Fonds d’investissement public, qui finance la plus grande partie du projet. 

Deux autres projets ont été lancés par le Fonds d’investissement public du pays, rappelle Reuters. Le premier, “NEOM”, est une zone industrielle et économique qui s’étend jusqu’en Égypte et Jordanie et s’élève à 500 milliards d’investissement. Le deuxième projet, intitulé “La Mer Rouge”, est une station balnéaire de luxe, située au milieu d’une réserve naturelle d’une cinquantaine d’îles de la Mer Rouge, indique la MAP.