TUNISIE
30/05/2018 10h:46 CET | Actualisé 30/05/2018 10h:47 CET

Le discours de Chahed dénote "d'une crise politique par excellence" selon Noureddine Taboubi

Le secrétaire général de l'UGTT persiste...

Anadolu Agency via Getty Images

Le secrétaire général de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) Noureddine Taboubi a commenté mercredi, le discours donné par le chef du gouvernement Youssef Chahed la veille à la Télévision nationale.

Selon ce texte publié sur la page Facebook de l’UGTT, le secrétaire général affirme que selon sa lecture, il s’agit “d’une crise politique par excellence” n’ayant rien à voir avec la situation économique et sociale du pays.

Cette crise “est liée au partage des postes” et à la course “aux prochaines échéances électorales” a-t-il ajouté. 

 

Taboubi affirme également que la situation du pays exige “de la franchise (...) loin de toute courtoisie et tromperie”. Dans ce cadre, l’Accord de Carthage 1 fait office selon lui de critère d’évaluation objectif du travail du gouvernement Chahed. Or le gouvernement a échoué selon tous les indicateurs d’après ses dires, et appelle ainsi à suivre l’exemple des pays démocratiques “où les gouvernements démissionnent dans de telles situations”.

Rétorquant à ceux qui appellent à la stabilité, le secrétaire général de l’UGTT affirme que la stabilité “ne fait pas tout”: “Le gouvernement a eu droit à la stabilité mais a été incapable à cause de l’absence de compétences réelles capables d’apporter des solutions pour faire sortir le pays de la crise”.

Par ailleurs, dans cette publication Noureddine Taboubi s’est attaqué à l’ambassadeur de France en Tunisie, Olivier Poivre D’Arvor s’étonnant que certains parlent de “prestige de l’État dans un pays où l’ambassadeur de France fait ce qu’il veut et s’implique dans les questions internes les plus profondes sans que personne ne l’en dissuade”, soulignant que l’UGTT restera “un bastion de la défense de l’indépendance des décisions nationales”.

Mardi, le chef du gouvernement Youssef Chahed s’est adressé aux Tunisiens à la Télévision nationale et est revenu sur la situation politique du pays ainsi que sur les incertitudes relatives à son départ, après la suspension des discussions du Document de Carthage 2.

Défendant le bilan de son gouvernement, Youssef Chahed s’en est également pris à Hafedh Caid Essebsi, jugé responsable de la crise de Nidaa Tounes et qualifié de menace pour les institutions publiques, ce qui a fait réagir de nombreuses figures politiques sur les réseaux sociaux.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.