TUNISIE
27/03/2018 13h:52 CET | Actualisé 27/03/2018 13h:54 CET

Le député Yassine Ayari condamné à 16 jours de prison par le tribunal militaire

“Quelque soit le jugement, je ne me prévaudrai pas de mon immunité parlementaire"

FETHI BELAID via Getty Images

Le blogueur et député Yassine Ayari a été condamné mardi à 16 jours de prison par le tribunal militaire a affirmé l’intéressé sur sa page Facebook ajoutant que cette condamnation n’était pas suivie d’un effet immédiat.

Selon lui, le parquet militaire a décidé de faire appel de la sentence.

Il a par ailleurs ajouté qu’une autre affaire pénale sera jugée le 10 avril prochain par le tribunal militaire.

“Quelque soit le jugement, je ne me prévaudrai pas de mon immunité parlementaire et je respecterai le verdict malgré l’illégalité de mon procès” a-t-il affirmé.

Cette condamnation vient à la suite d’un post publié réseaux sociaux en janvier 2017 jugée par l’institution militaire comme une “atteinte au moral de l’armée”.

Le blogueur de 35 ans a été élu à l’Assemblée des représentants du peuple en tant que représentant des Tunisiens résidant en Allemagne en décembre dernier.

Il avait déjà été condamné, en 2015, à une peine de prison de 6 mois pour “diffamation et atteinte à l’armée” à la suite de statuts Facebook critiquant violemment l’armée dont le ministre de la Défense Ghazi Jerbi.

En janvier dernier, l’ONG Amnesty International avait appellé à abandonner les charges retenues contre le blogueur. Ces poursuites, intentées devant un tribunal militaire, constituent selon elle “une grave violation du droit à la liberté d’expression et du droit à un procès équitable”.

“Il est inacceptable que, malgré des réformes importantes à la suite de la Révolution tunisienne il y a sept ans, des citoyens soient encore inculpés de charges fallacieuses en raison d’un post publié sur Facebook et privés de leur droit à la liberté d’expression”, avait déclaré Heba Morayef, directrice du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International.

Elle avait ajouté que “le fait que Yassine Ayari soit jugé devant un tribunal militaire est encore plus choquant. Juger des civils devant un tribunal militaire est contraire au droit international relatif aux droits humains et constitue une violation du droit à un procès équitable”.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.