ALGÉRIE
20/07/2018 13h:23 CET

Le Département d'Etat américain critique les restrictions sur les importations en Algérie

LUDOVIC MARIN via Getty Images
Le port d'Alger en décembre 2017.

Les restrictions sur les importations en Algérie ont “nettement limité” le commerce extérieur, a relevé vendredi 20 juillet le nouveau rapport sur les climats des affaires du Département d’Etat américain qui a aussi souligné l’instabilité de ces mesures comme frein à l’investissement.

Rappelant que les interdictions ont également engendré des pénuries et des augmentations des prix, le document a passé en revue les différentes décisions relatives à la restriction des importations depuis 2017, dont les licences d’importation, mises en place puis annulées, pour certains produits, et la liste des 851 produits interdits à l’importation adoptée en janvier 2018.

“Les firmes internationales actives en Algérie se plaignent parfois que les lois et les régulations changent souvent et sont appliquées de manière inéquitable, renforçant la perception du risque commercial pour les investisseurs étrangers”, a expliqué le rapport.

Les restrictions et les changements fréquents, note le rapport, s’ajoutent aux différentes difficultés que rencontrent depuis longtemps les entreprises américaines qui veulent investir en Algérie. Ces dernières doivent faire face aux “problèmes douaniers, à la bureaucratie ancrée, aux difficultés de transfert monétaires et aux restrictions sur les taux de change”, a indiqué le Département d’Etat.

“Les exigences rudes sur le change des devises, conjuguées à la bureaucratie excessive des procédés douaniers, entravent l’efficacité et la fiabilité de la chaîne logistique, renforçant l’incertitude du marché”, a expliqué le rapport.

Les contrats commerciaux, ajoute-t-on, sont également soumis à des interprétations et à des révisions qui changent, “ce qui rend la tâche compliquée aux entreprises américaines et internationales”.