TUNISIE
29/03/2019 17h:20 CET

Le Couscous bientôt sur la liste du patrimoine immatériel de l'UNESCO ?

Les pays maghrébins ont déposé aujourd'hui un dossier commun.

suteishi via Getty Images

Dans une première diplomatique maghrébine, l’Algérie, le Maroc, la Mauritanie et la Tunisie, États signataires de la Convention de 2003 de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, ont déposé le vendredi 29 mars 2019, un dossier commun intitulé ” Savoirs, savoir-faire et pratiques liés à la production et à la consommation du Couscous ” en vue d’une inscription sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité.

Ghazi Gherairi, ambassadeur de Tunisie auprès de l’UNESCO, Abdelkader Messdoua, ambassadeur d’Algérie à Paris et auprès de l’UNESCO, Zouhour Aloui, ambassadrice du Maroc auprès de l’UNESCO et Mohamed El Béchir Oueled EL HAJ, chargé d’affaires à la délégation de Mauritanie auprès de l’UNESCO ont signé, jeudi matin, au siège de l’UNESCO à Paris le dossier relatif à cette inscription avant de le remettre au secrétariat de la Convention de 2003.

Première étape vers l’inscription de ce savoir riche en symboliques identitaires et signifiants historiques, sociaux et économiques, ce dépôt couronne un long et laborieux travail des experts maghrébins soutenus par les ministères de la Culture des quatre pays ainsi que les structures en charge de la sauvegarde et de la promotion du patrimoine.

Le couscous ainsi que les savoirs, savoir-faire et pratiques qui y sont liées constituent une composante évidente de l’identité maghrébine. Ce plat, fortement présent dans les traditions culinaires de toute la région, est présent dans les moments de joie comme ceux de deuil, tant parmi les riches que les démunis ainsi que dans la ville et la campagne.

S’il s’exprime dans des déclinaisons différentes, il n’en demeure pas moins un élément unificateur de notre culture maghrébine. Du sud de la Mauritanie jusqu’à la Méditerranée, ce plat à base de semoule s’exprime de manières diverses et variées.

Au mouton, aux légumes ou au poisson comme en Tunisie, cet élément de la culture immatérielle du Maghreb est aujourd’hui présent sur toutes les grandes tables du monde.

Du Maghreb au reste du monde, voici la trajectoire que la consécration du Couscous à l’UNESCO va définitivement le hisser au niveau d’élément de la culture universelle.

La “Charfiya” de Kerkennah

La remarquable technique de pêche à la “Charfiya” de l’archipel de Kerkennah pourrait aussi être inscrite sur la liste du patrimoine immatériel de l’Humanité. Ghazi Gheraïri, et Faouzi Mahfoudh, directeur général de l’Institut National du Patrimoine (INP) ont d’ailleurs procédé jeudi au dépôt de la demande auprès du Secrétariat de la Convention de 2003 de l’UNESCO.

Le nom “Charfiya” donné à la technique de pêche si particulière est apparu au XVIIème siècle, et découle du nom de la famille ayant le monopole de posséder et d’exploiter le domaine maritime jusqu’en 1772 avant que le Bey de Tunis, Ali Pacha bin Hussein bin Ali ne leur retire ce monopole, la famille Charfi.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.