MAROC
08/04/2019 17h:45 CET

Le couscous au patrimoine immatériel de l'Unesco: Jack Lang apporte son soutien à la candidature commune du Maghreb

Un "soutien absolu".

Moha El-Jaw via Getty Images

COUSCOUS - Le président de l’Institut du Monde Arabe (IMA), Jack Lang a apporté, lundi, son “soutien absolu” à la candidature commune des pays du Maghreb visant à inscrire le couscous au patrimoine immatériel de l’UNESCO.
“Je suis très heureux que les pays du Maghreb se soient unis pour proposer la candidature de ce plat emblématique qui fait rêver des millions de gens de part et d’autre de la Méditerranée et dans le monde”, a déclaré Jack Lang à la MAP.
“Ayant contribué à faire accepter par l’Unesco l’idée d’un patrimoine immatériel pour la gastronomie, je soutiens absolument cette candidature maghrébine”, a-t-il dit.

“C’est fantastique de voir, qu’à propos d’une question de culture, les pays et les peuples du Maghreb se soient unis”, a affirmé encore Jack Lang en marge du vernissage d’une exposition-événement sur le football dans le monde arabe.

Selon lui, “tous ces phénomènes de civilisation et de culture, au sens large, sont des témoignages très forts de la vitalité des peuples”.

Le couscous, un plat dont Jack Lang semble être un grand amateur. Ainsi en février 2015, Le canard enchainé rapportait que l’ex-ministre de la culture avait exigé des gérants du restaurant Zyriab by Noora, situé à l’IMA, qu’ils rajoutent des plats marocains à la carte.

“Comme il ne supporte pas la cuisine libanaise, il nous a obligés à ajouter à notre carte des plats marocains, notamment des tajines, des couscous, des pastillas, ainsi que des douceurs de ce pays du Maghreb”, avait affirmé le directeur du restaurant, Paul Bou Antoun à L’Orient Le jour en 2015.

Candidature “unie”

Le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et la Tunisie ont déposé fin mars auprès de l’Unesco à Paris une demande commune d’inscription du couscous, spécialité culinaire d’Afrique du nord, sur la liste représentative du patrimoine immatériel.

La candidature de ce plat emblématique du Maghreb doit être examinée par le Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, qui tiendra sa prochaine session en décembre à Bogota (Colombie).

C’est la première fois que quatre pays du Maghreb unissent leurs efforts pour déposer un dossier commun auprès de l’UNESCO. “En liant nos efforts, nous protégeons un élément fondamentalement essentiel pour la transmission de notre culture pour les générations futures”, a affirmé Zohour Alaoui, ambassadrice-représentante permanente du Royaume du Maroc auprès de l’Unesco, pour qui “ce dossier rappelle aux peuples du Maghreb tout ce qu’ils ont en partage et en commun et tout ce qui les lie de par leur culture et leur histoire”.