MAROC
19/10/2018 13h:22 CET

Le club éphémère "Beat Hotel" du mythique festival de Glastonbury lance son propre festival à Marrakech

En mars 2019, le Beat Hotel s'installera pendant 4 jours dans la ville ocre.

Gary Wolstenholme via Getty Images

FESTIVAL - Le club éphémère Beat Hotel, installé chaque année depuis 2011 au coeur du mythique festival de Glastonbury, au Royaume-Uni, et dont le mantra est “Eat, Drink, Dance” (“Mange, Bois, Danse”), s’apprête à lancer son propre festival de musique, culture et art culinaire à Marrakech.

Du 28 au 31 mars 2019, le Beat Hotel - du nom d’un petit hôtel parisien connu pour avoir hébergé dans les années 50-60 des artistes et écrivains de la Beat Generation - pose ses valises à l’hôtel Fellah, à quelques encablures de la ville ocre, lieu qui a accueilli le festival de musique électronique Oasis au mois de septembre.

“En mars 2019 (...) le Beat Hotel suit les Beats originaux au Maroc, pour un séjour de quatre jours à Marrakech. Situé à 15 minutes de la ville, dans un complexe de plus de 27 hectares rempli de palmiers, le Beat Hotel Marrakech propose une série de concerts et de DJs sets, des collaborations culinaires uniques et un programme de conférences avec des grands esprits et des voix d’aujourd’hui”, indique l’organisation du festival sur son site.

Le line-up musical, très anglo-saxon, avec quelques touches étrangères et des artistes marocains, a déjà été annoncé. Le programme mêle électro, rock indépendant et “world music”. 

On retrouvera notamment, comme têtes d’affiche, le DJ britannique Andrew Weatherall, le collectif londonien Deep Throat Choir, le groupe anglo-bahreini Flamingods, le DJ allemand Gerd Janson, le DJ et animateur radio franco-britannique Gilles Peterson, le trio de rap écossais Young Fathers ou encore le DJ britannique James Holden, connu pour s’être produit en 2014 à Marrakech avec le maâlem Mahmoud Guinia (mort en 2015) et qui sera cette fois-ci en fusion avec son fils, Hassan Guinia.

Côté marocain, on notera la présence du label électronique fondé par Driss Bennis, Casa Voyager, du DJ Moucine Zoutina aka Polyswitch, de la DJette Yasmean et du groupe rifain de transe soufie The Master Musicians of Joujouka, dirigé par Bachir Attar, dont le père avait joué avec Brian Jones des Rolling Stones dans les années 60 lors d’un voyage dans le Rif.

Des sessions littéraires seront également organisées avec le scénariste de “Trainspotting”, l’Écossais Irvine Welsh. L’auteur britannique Barry Miles, proche des écrivains de la Beat Generation Allen Ginsberg et William S. Burroughs, qui sont tous deux passés par Tanger (le dernier y a écrit “Le Festin nu” en 1959), livrera une conférence sur ses souvenirs du Maroc des années 60.

Last but not least, le festival prévoit un “line-up” culinaire en conviant plusieurs grands chefs et restaurants, comme Niklas Ekstedt, Salon, Nomad, Black Axel Mangal et Berber & Q, “qui créeront une série de grands banquets chaque jour, apportant leur signature pour revisiter les ingrédients et inspirations locales”, promet l’organisation du festival.