ALGÉRIE
05/07/2018 15h:04 CET

Le citoyen à l'heure des "smart cities"

Le citoyen intelligent est celui qui doit numériser son cycle de vie quotidienne pour devenir une partie intégrante de la ville intelligente.

metamorworks via Getty Images

Le concept de villes intelligentes est déjà opérationnel dans plusieurs parties du monde. Singapour, Barcelone, Dubaï, ou la ville Sud-Coréenne, Pusan, sont des exemples à travers lesquelles on constate l’efficacité de l’interconnexion des équipements connectés dans la création de systèmes d’informations multidimensionnels dotés d’une automatisation intelligente. Mais, ces “Smart Cities” ont besoin de la numérisation du dernier élément de la chaine.

Il s’agit du citoyen. Grâce à la numérisation de la totalité de ces occupations quotidiennes, ce dernier doit devenir intelligent pour avoir sa place du “e-citoyen” dans les villes intelligentes.

Le citoyen intelligent est celui qui doit numériser son cycle de vie quotidienne pour devenir une partie intégrante de la ville intelligente. En clair, les activités matérialisées qu’il a l’habitude de faire tout au long de la journée, il les fera, en temps réel et en mode dématérialisé, via une interface hardware connectée à un réseau mobile.

En d’autres termes, le document ne sera plus le trait d’union entre le citoyen et le gouvernement, mais c’est la data contenant l’information utile qui prendra le relais dans les villes intelligentes.

L’utilisation des applications mobiles par les citoyens intelligents crée cette data. Certains gouvernements réfléchissent sérieusement à créer une application qui permet de faire interagir plusieurs structures gouvernementales avec les terminaux mobiles via des réseaux sans fils publics et gratuits.

Ainsi, le vote, la demande d’audience, la plainte de police, le retrait de documents de l’état civil, et bien d’autres services, peuvent être ainsi programmés et opérés à distance via un smartphone, une tablette ou même une Smart TV.

Ces interactions sont centralisées par un serveur dans le Cloud qui sera placé sous la responsabilité de la justice numérique. La démocratisation des terminaux mobiles a donc favorisé l’apparition des profils intelligents de millions de citoyens dans le monde. Le positionnement GPS, l’appareil photo, la reconnaissance faciale, et l’adresse IP du réseau de l’opérateur seront nécessaires pour créer des citoyens engagés dans une ville intelligente.

Les applications mobiles permettent de réduire le coût et améliorent l’interaction entre les pouvoirs publics et les citoyens. L’information numérique devient ainsi le nœud de la “Smart City”.

L’automatisation des équipements qui traite cette information et la transportent diminue en efficacité la relation du gouvernement et de ses démembrements avec ses citoyens. En clair, il ne sera jamais possible de dématérialiser le citoyen.