MAROC
14/06/2019 15h:32 CET | Actualisé 14/06/2019 15h:38 CET

Le chanteur Frànçois Atlas fusionne avec le maâlem Saïd Boulhimas

L'artiste français, à mi chemin entre musique pop et africaine, se produira à Essaouira et Agadir.

MUSIQUE - C’est ce qu’on pourrait appeler l’avénement d’un rêve de gosse. Figurez-vous un blondinet aux cheveux mi-longs, bercé depuis des années au son des cassettes de Mahmoud Guinea, figure emblématique de la musique gnaoua. Cet homme s’appelle Frànçois Atlas. Les années passent, et comme un hommage à une musique devenue partie intégrante de sa culture, l’homme est finalement passé d’auditeur à interprète.

Sur proposition de l’Institut français du Maroc et d’un ancien programmateur du Festival Gnaoua d’Essaouira, l’artiste, leader du groupe franco-britannique Frànçois & The Atlas Mountains, s’est récemment vu offrir l’opportunité de travailler en solo avec le mâalem Saïd Boulhimas pour plonger dans le monde de la musique gnaoua, “si tant est qu’on puisse, en tant qu’occidental, saisir quoi que ce soit des pratiques de ces confréries si profondément ancrées dans la tradition, fières de leur marginalité, en perpétuelle communication avec le monde des esprits, et au sein d’un pays intrinsèquement musulman”, déclare Frànçois Atlas.

Chanteur profondément inspiré par le Maroc, qu’il décrit comme “une terre de fantasmes”, c’est au fil des collaborations avec plusieurs artistes locaux (comme Haj Tissa, qu’il rencontre en 2013), que Frànçois Atlas tisse ses premières amours avec la musique ancestrale marocaine. 

“C’est un pays qui a des liens très forts avec ses traditions. Vivre ici, c’est avoir la tentation que le temps s’allonge, et qu’on peut se laisser porter par cette légèreté” confie-t-il au HuffPost Maroc. Son style musical? Le pur reflet de ses inspirations: Gainsbourg d’un côté, et Ali Farka Touré de l’autre. Le résultat, dévoilé dans le titre “L’heure d’été x Ach Had Lhegra”, est à mi chemin entre la pop de Christine and the Queens et la rythmique africaine de Hamid El Kasri.

Mais pour mieux se faire une idée, rien ne vaut quelques notes:

Vous pourrez écouter en live le fruit de sa collaboration avec Saïd Boulhimas le 19 juin à l’Institut français d’Essaouira dès 19h, et à celui d’Agadir le 21 juin à partir de 20h.