MAROC
23/10/2018 15h:24 CET

Le belgo-marocain Fouad Belkacem, ancien leader de Sharia4Belgium, déchu de sa nationalité belge

Il pourrait être expulsé vers le Maroc à sa sortie de prison.

Agence-France Presse

NATIONALITÉ - Le terroriste belgo-marocain Fouad Belkacem a été déchu de sa nationalité belge ce mardi 23 octobre. Celui qui dirigeait le groupe terroriste Sharia4Belgium, fondé en 2010, “représente une menace permanente pour la sécurité publique et a sérieusement manqué à ses obligations de citoyen belge”, selon la cour d’appel d’Anvers (nord de la Belgique).

Condamné en 2016 à douze ans de prison (il en a déjà purgé cinq depuis 2013) et 30.000 euros d’amende pour avoir fondé une organisation terroriste prônant le djihadisme salafiste et recruté des jeunes pour les envoyer en Syrie, Fouad Belkacem n’aura donc plus que la nationalité marocaine et pourrait être extradé au Maroc dès sa sortie de prison.

Selon le secrétaire d’Etat à l’asile et à la migration, Theo Francken, interrogé par RTL INFO, le retrait de la nationalité belge de Fouad Belkacem “fait que son droit de séjour est fini”. “Quand il sera sorti de prison, il devra retourner vers le pays où il a la nationalité, c’est-à-dire le Maroc. C’est une procédure administrative qui prend du temps, on va collaborer avec le Maroc pour voir ce qu’on va faire avec cet individu”, a-t-il précisé. 

“On doit parler avec le gouvernement marocain aussi, parce que je comprends que ce n’est pas toujours très facile. Il a aussi le droit d’introduire un recours, devant le CCE, qui est le Conseil du contentieux pour les étrangers, contre la décision que je vais prendre”, a encore confié M. Francken. 

Mardi après-midi sur Twitter, le responsable politique a écrit “Condamné pour terrorisme —> perte automatique de la nationalité belge. Retweetez si vous êtes d’accord”.

De son côté, l’avocate de Fouad Belkacem, Liliane Verjauw, “craint que M. Belkacem soit utilisé comme exemple et qu’une expulsion vers le Maroc ne soit désormais que la prochaine étape”, rapporte la presse belge.

“Pour sa famille, ce serait un désastre et pour lui également. Dans de tels pays, les valeurs démocratiques ne sont pas toujours respectées. Je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour éviter une expulsion”, a-t-elle déclaré. “L’appel en cassation est possible, puis la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg”.

“Il n’a plus aucun lien avec le Maroc. Il a essayé de renoncer à sa nationalité marocaine, mais il a reçu des informations erronées du consulat marocain. Mon client est et se sent belge. Sa famille est ici depuis 50 ans, depuis trois générations. C’est ici que sont sa femme et ses enfants. Sa nationalité belge est une partie de lui-même”, a encore confié Me Verjauw à RTL INFO.