TUNISIE
16/08/2018 16h:42 CET

L'Association tunisienne de soutien aux minorités épingle le maire du Kram sur l'interdiction des mariages entre Tunisiennes et non musulmans

L’association a mis en garde contre “ces déclarations dangereuses” contraires à la loi

Gisela Schober via Getty Images

L’Association tunisienne de soutien aux minorités (ATSM) a épinglé, jeudi, le maire du Kram pour ses instructions données aux agents municipaux de ne pas accepter les mariages entre Tunisiennes et non musulmans dans sa commune.

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, l’association a mis en garde contre “ces déclarations dangereuses” contraires à la loi, ajoutant que la circulaire de 1973 interdisant le mariage des Tunisiennes à des non-musulmans à a été abrogée en septembre 2017.

Rappelant que la souveraineté et l’unité de l’État et la suprématie des lois, l’ATSM appelle à faire attention à ce que le pouvoir local ne soit pas utilisé pour effriter cette unité et exprime son étonnement face à l’absence de réaction du gouvernement face à des dépassement enregistrés dans de nombreuses municipalités et de la part de huissiers notaires, lui faisant ainsi porter la responsabilité dans l’application de la loi.

 

Le nouveau maire du Kram Fathi Laayouni a annoncé, jeudi, avoir donné des instructions aux agents municipaux de ne pas accepter les mariages entre Tunisiennes et non musulmans dans sa commune, en plus de refuser les prénoms non arabes lors de l’inscription de nouveaux-nés.

“Il sera interdit de rédiger un contrat de mariage entre une tunisienne et un non musulman qu’après que celui-ci ait démontré sa conversion à l’Islam (...) et ce conformément aux articles 1 et 6 de la Constitution et à l’article 5 du Code du Statut personnel” a-t-il déclaré à la radio Mosaïque FM.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.