MAROC
27/02/2019 10h:55 CET

L'Assemblée de Ceuta approuve le renvoi des mineurs étrangers vers leur pays d'origine

Et veut retirer le droit aux enfants nés à Ceuta et Melilla d'obtenir automatiquement la nationalité espagnole.

Kypros via Getty Images
La frontière entre l'enclave espagnole Ceuta et le Maroc.

MIGRANTS - Il y a quelques jours, le gouvernement de Ceuta, présidé par Juan Vivas (Parti Populaire-PP), annonçait son souhait d’inclure dans la loi le refoulement de tous les mineurs étrangers non accompagnés qui migraient pour des raisons économiques dans les deux enclaves espagnoles du Maroc, Ceuta et Melilla. Ce 26 février, l’Assemblée de Ceuta a approuvé la mesure en deux séances plénières extraordinaires, rapporte l’agence de presse Europa Press.

L’initiative législative va désormais pouvoir être portée aux Cortes Generales, qui constituent le Parlement de l’Espagne, pour qu’ils modifient la loi sur la protection des mineurs d’une part, et le code civil d’autre part. La première modification demandée concerne les mineurs étrangers non accompagnés (MENA) arrivés à Ceuta et Melilla. Le gouvernement de Ceuta demande qu’ils soient renvoyés dans leur pays ou dans le pays de transit, dans un délai maximum de trois mois après leur arrivée sur le territoire espagnol.

Le porte-parole du PP, Emilio Carreira, assure que cette mesure est mise en place dans “un souci de protection des intérêts supérieurs de ces mineurs et en vue de leur intégration et de leur développement dans le noyau familial d’origine dans leur environnement socioculturel”, et pour que l’Espagne ne devienne pas “la garderie du Maroc”.

“Nous ne voulons pas que des enfants soient écrasés sous les roues d’un camion. Nous voulons donc qu’ils rentrent chez eux, car tenter de traverser le détroit tels qu’ils le font les expose à un très grand risque”, a-t-il ajouté. Si le délai de trois mois est dépassé, les mineurs seront transférés ”vers des centres d’accueil situés dans d’autres parties du pays”.

Le gouvernement de Ceuta veut également apporter une modification au Code civil. Jusqu’à présent, les enfants étrangers nés dans les deux enclaves espagnoles du Maroc obtenaient automatiquement la nationalité espagnole. L’Assemblée de Ceuta veut leur retirer ce droit.