TUNISIE
21/06/2019 17h:58 CET

L'ascension fulgurante de 3ich tounsi: Quatre questions à Selim Ben Hassen, fondateur et président du mouvement

“Les observateurs pensent que 3ich Tounsi est née il y a un an, en réalité elle est le résultat d’une réflexion qui a commencé il y a de nombreuses années...”

3ich Tounsi

3ich Tounsi? Un nom sur toutes les lèvres au lendemain d’un sondage qui donne le mouvement citoyen troisième aux élections législatives, un an à peine après sa création et à quatre mois du scrutin. Depuis quelques mois, Selim Ben Hassen et son mouvement ne cessent de créer la polémique: association faisant de la politique, financements importants, et une femme Olfa Terras, dont on dit qu’elle pourrait se présenter à l’élection présidentielle.

Le HuffPost Tunisie est allé à la rencontre de Selim Ben Hassen, fondateur et président du mouvement afin de lui poser quelques questions. Interview.

HuffPost Tunisie: Vous êtes aujourd’hui le leader d’un mouvement qui monte. Quel est votre sentiment à la lecture des sondages qui vous donnent troisième alors même que vous n’avez pas annoncé votre décision d’aller aux élections?

Selim Ben Hassen: J’ai conçu 3ich Tounsi pour être la force de mobilisation de la société contre les tenants du système. J’ai toujours cru dans l’intelligence et la force des Tunisiens pour faire basculer les choses quand cela devient nécessaire. Aujourd’hui cette ambition se concrétise grâce au travail fou que les membres du mouvement réalisent tous les jours. Mais il y a encore un long chemin, et certainement beaucoup d’embuches

Comment vous est venue l’idée de 3ich Tounsi?

En passant cinq ans à écouter les gens partout dans le pays. J’ai constaté l’injustice que subissent chaque jour des millions de Tunisiens. Et j’ai compris que dans un système aussi verrouillé que le nôtre, la solution ne pouvait venir que des Tunisiens eux-mêmes. J’ai donc décidé de créer le véhicule qui pourrait nous permettre tous ensemble de reprendre notre destin en main.

Olfa Terras est-elle candidate à l’élection présidentielle?

Pas que je sache. Je ne pense pas d’ailleurs qu’elle se soit prononcée à ce sujet. Nous réfléchirons à la manière de désigner notre candidat ou candidate à la présidentielle si les Tunisiens décident que nous devons mener cette bataille. Pour l’instant, tout reste ouvert et rien n’est décidé.

Et votre avenir politique à vous?

Il passe derrière tout le reste. Ma seule ambition est une ambition pour les Tunisiens.

Note de la rédaction: Cette interview a été réalisée avant le vote de l’amendement de la loi électorale.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.