MAROC
12/04/2019 11h:10 CET

L'artiste marocain Yoriyas reçoit à Paris le prix des "Amis de l'Institut du monde arabe" pour la jeune création contemporaine

Une récompense qui lui a été remise des mains de Jack Lang et Leïla Shahid.

Facebook/Yoriyas

CULTURE - L’artiste et photographe marocain Yoriyas, Yassine Alaoui Ismaili de son vrai nom, a reçu, dans la soirée du mercredi 10 avril à Paris, le prix 2019 des “Amis de l’Institut du monde arabe” (IMA) pour la jeune création contemporaine. Une récompense qui vise à promouvoir les artistes émergents de moins de 40 ans issus des pays de la Ligue arabe, prix qui lui a été remis des mains de Jack Lang, président de l’IMA et Leïla Shahid, présidente de la Société des amis de l’IMA.

Thierry Rambaud / IMA

Lauréat du Prix 2019 des “Amis de l’Institut du monde arabe”, Yoriyas avait bénéficié à ce titre d’une résidence de trois mois au sein de la Cité internationale des arts à Paris et d’une bourse de 3.200 euros qui lui ont permis de réaliser une exposition inédite “Kora, street football and immigration” proposée dans le cadre de l’exposition-événement ouverte au public mercredi au siège de l’IMA, “Foot et monde arabe: la révolution du ballon rond”. Son œuvre intégrera les collections du musée de l’Institut.

“Kora, street football and immigration” compile des clichés sur le foot dans l’espace public urbain, prises au Maroc et en France. Mettant en lumière le pouvoir du football pour rassembler les gens, l’artiste observe son milieu pour offrir une sorte de rétrospective qui sera léguée aux générations futures.

À l’occasion de cette récompense, Yoriyas s’est dit très heureux de recevoir ce Prix des mains du président de l’IMA Jack Lang et de Leila Shahid, “des gens incroyables que je respecte beaucoup”, affirmant que “la culture crée des liens entre le Maroc et la France”, souligne la MAP.

Publié par de nombreux médias internationaux, dont le New York Times,  Yoriyas n’est plus un inconnu dans le milieu de l’art et de la photographie. Âgé de 34 ans, l’artiste qui a fait ses premiers pas dans la danse avant de se faire connaître pour ses talents de photographe est notamment lauréat du CAP Prize (2018), des Nuits Photographiques d’Essaouira (2016) et du World street photography de Hambourg (2016). Le jeune photographe a également exposé son travail lors de la dernière édition de la Biennale de Casablanca (2018).