ALGÉRIE
14/09/2019 14h:18 CET

L'arrestation de Karim Tabbou est "inacceptable", affirme Abdelaziz Rahabi

Huffpost MG
3 questions à Abdelaziz Rahabi

L’arrestation et l’emprisonnement du chef du parti de l’Union Démocratique et Social (UDS) Karim Tabbou n’a pas laissé de marbre toute la classe politique.

Si certains se sont gardés de faire des commentaires, Abdelaziz Rahabi, ancien ministre et coordonateur de la conférence de Ain Benian, condamne sans appel cette arrestation et la décision de mettre le chef d’un parti sous mandat de dépôt. “L’arrestation et l’emprisonnement de l’opposant Karim Tabbou est un acte inacceptable et renseigne sur la persistance de l’instrumentalisation politique de la justice et de la restriction des libertés individuelles et collectives”.

 

L’ancien ministre ne manque pas de souligner les contradiction du pouvoir du moment. “Le pouvoir politique appelle à la normalisation de la situation mais limite parallèlement le champ politique et médiatique”, note M. Rahabi.

Cette duplicité, avertit M. Rahabi, “ne favorise pas l’apaisement et la confiance mais plutôt la radicalisation politique. Il envoie ainsi des signaux négatifs à une opinion publique déjà inquiète et appelée à voter dans un environnement inadéquat.”


M. Rahabi explique encore que “Karim Tabou, comme chaque citoyen algérien a le droit de donner son opinion politique sur l’Etat et sur ses institutions tout comme il a le droit de ne pas partager pas la voie politique adoptée par le commandement de l’armée pour sortir de la crise et de soutenir une autre option.

La libre opinion, rappelle l’ancien diplomate, “est le sens même du combat politique pacifique choisi par des millions de citoyens pour une Algérie plus juste et plus forte.”