TUNISIE
28/05/2019 18h:49 CET

L'ARP adopte l'amendement de la loi sur le transport terrestre pour y inclure le transport des ouvriers agricoles

Un décret gouvernemental régissant le transport des ouvriers agricoles devra être promulgué dans les 3 mois.

Facebook/Sahel News Plus

L’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a voté, mardi, lors d’une séance plénière, pour l’introduction d’amendements à la loi sur le transport terrestre afin d’introduire une nouvelle catégorie consacrée au transport des ouvriers agricoles dans les types de transport terrestre.

L’initiative a été adoptée par 120 voix pour, avec une seule voix contre et 5 abstentions.

En vertu de ces amendements, le transport des ouvriers agricoles est étendu aux ouvriers agricoles permanents et saisonniers couvrant également la main-d’œuvre d’appoint.

Un nouvel article est ajouté à la loi de 2004 relative au transport terrestre. Il dispose “la promulgation d’un décret gouvernemental spécifique à ce type de transport dans un délai ne dépassant pas 3 mois, à compter de la date de la publication de cette loi dans le Journal Officiel de la République de Tunisie”.

En Avril dernier, plusieurs ouvrières agricoles sont mortes après un accident de la route à Cebbala dans le gouvernorat de Sidi Bouzid mettant en exergue les conditions déplorables du transport des ouvrières agricoles.

Depuis 2015, plusieurs association avaient tiré la sonnette d’alarme sur le transport anarchique d’ouvrières agricoles.

L’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD) et le Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux (FTDES) avaient dénoncé les conditions dans lesquelles les travailleuses agricoles sont transportées, mettant l’accent sur la ségrégation dont elles sont victimes.

Une étude du Population Council a souligné la précarité des conditions de travail des ouvrières agricoles en Tunisie. Selon l’étude, dans la région de “Nadhour”, 92% des femmes interrogées indiquent qu’elles se réunissent entre elles de façon informelle, en attendant la camionnette du chef d’exploitation. La durée du travail, la faible rémunération, la quasi absence des droits sociaux, et la pénibilité des conditions du travail constituent autant de facteurs de précarité pour ces ouvrières.

Selon le FTDES, il y a eu en 2018, 4 décès d’ouvrières agricoles et 199 blessées suite à des accidents de la route.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.