MAROC
08/06/2018 15h:27 CET

L'armée israélienne édite une vidéo pour faire passer Razan al-Najjar pour le "bouclier humain" du Hamas

Une semaine après le décès de l'infirmière palestinienne.

Sean Gallup via Getty Images

PALESTINE - Une semaine après sa disparition, le décès de Razan al-Najjar, infirmière de 21 ans tuée par des tirs de l’armée israélienne, continue d’agiter la toile. 

Depuis quelques jours, comme le révèle le site américain Buzzfeed, l’armée israélienne est sous le feu des critiques après avoir posté une vidéo mettant en scène la jeune femme. Dans ce court clip, mis en ligne sur les réseaux sociaux de l’armée israélienne, l’on voit la jeune femme être interrogée par la chaîne libanaise Al Mayadeen TV et déclarer: “je suis ici pour servir de bouclier humain” pour le Hamas. Un clip destiné à être viral comme le montre le texte de fin appelant les internautes à “partager” la vidéo: 

Dans une seconde vidéo partagée par Ofir Gendelman, un des portes-paroles du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, l’extrait édité et publié par l’armée est à nouveau repris, mais le mot “bouclier humain” est cette fois répété à plusieurs reprise sous forme texte à la fin de la vidéo:

Cependant, comme le révèle Buzzfeed, la vidéo a en fait été éditée. En effet, dans l’extrait original, la jeune femme disparue disait: “Je suis ici en tant que bouclier humain pour protéger et sauver les blessés sur le front.”

Interrogé par l’AFP, Ofir Gendelman justifie l’utilisation de ce montage en affirmant que “tant qu’elle agit comme un bouclier humain, cela signifie qu’elle n’est pas une secouriste”.

“S’adressant à l’AFP,  Ofir Gendelman a nié que le montage de la vidéo, pour la retirer de son contexte où l’on porte secours à des personnes blessées, peut être considérée comme une manipulation politique. “Tant qu’elle agit comme un bouclier humain, cela signifie qu’elle n’est pas une secouriste.”

123 morts en deux mois

Suite au décès de la jeune femme, l’armé israélienne a lancé une enquête et affirme que l’infirmière n’était pas “visée directement” par le tir qui lui a coûté la vie, rapporte le quotidien israélien Haaretz. Une enquête est à ce titre toujours en cours, précise la même source.

Comme le rapporte la MAP, des milliers de personnes ont assisté samedi 2 juin aux funérailles de la secouriste volontaire, morte suite à un tir israélien près de la frontière entre la bande de Gaza et Israël.

Razan al-Najjar, 21 ans, avait été touchée vendredi dernier à la poitrine à l’Est de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, alors qu’elle travaillait comme bénévole et portait l’uniforme blanc des personnels de santé, selon le porte-parole du ministère gazaoui de la Santé, Achraf al-Qodra.

Le décès de la jeune secouriste volontaire porte à 123 le nombre de Palestiniens tués par des soldats israéliens depuis le début d’un mouvement de protestation entamé il y a deux mois près de la frontière avec Israël, pour revendiquer le “droit au retour” des réfugiés palestiniens chassés ou ayant fui leur terre à la création de l’Etat hébreu et pour dénoncer le blocus imposé à Gaza par Israël pour contenir le Hamas.