MAROC
02/09/2019 12h:08 CET | Actualisé 02/09/2019 14h:52 CET

L'archevêque de Rabat nommé cardinal par le pape François

Il fait désormais partie de la liste des cardinaux éligibles pour participer à l'élection d'un nouveau pape.

FADEL SENNA via Getty Images
L'archevêque de Rabat Cristobal Lopez Romero salue les fidèles lors d'une messe  donnée dans la cathédrale Saint Pierre de Rabat, le 10 mars 2019.

RELIGION - L’archevêque de Rabat, l’Espagnol Mgr Cristobal Lopez Romero, a été nommé cardinal par le pape François dimanche 1er septembre. Il fait partie d’une liste de 13 nouveaux cardinaux nommés par le souverain pontife, parmi lesquels 10, dont Romero, sont éligibles pour participer à l’élection d’un nouveau pape si besoin.

Ces nouveaux cardinaux seront créés lors d’un consistoire qui se tiendra le 5 octobre prochain au Vatican, rapporte Vatican News. Actuellement, le collège des cardinaux compte 216 cardinaux, dont 118 électeurs et 98 non-électeurs, auxquels s’ajouteront les 13 annoncés hier.

Lors de ces nouvelles nominations, le pape élève les cardinaux au rang de prélats qui occupent des postes importants à la Curie, comme le veut la tradition, rapporte l’agence de presse espagnole EFE. Comme dans les divers consistoires qu’il a tenus, il élit des évêques originaires de diverses régions du monde, afin que tous les continents soient représentés de manière égale, précise la même source.

FADEL SENNA via Getty Images
Le pape François parle avec l'archevêque de Rabat Cristobal Lopez Romero lors de sa visite au Maroc, le 31 mars 2019.

Mgr Cristobal Lopez Romero, aujourd’hui âgé de 77 ans, a été nommé en décembre 2017 à la tête du diocèse de Rabat par le pape, et a pris ses fonctions en mars 2018. De 2003 à 2010, il a été curé de la paroisse du Christ-Roi et directeur de l’école Don Bosco à Kénitra.

Le 30 et 31 mars dernier, il a reçu le pape François lors de sa venue au Maroc. Une visite qui a, selon lui, “lancé le dialogue interreligieux vers une nouvelle étape: il faut déjà laisser en arrière des concepts tels que la coexistence et la tolérance, qui sont positifs, mais très courts, pour commencer à mieux nous connaître et à plus nous respecter et à nous apprécier”, a-t-il notamment confié dans une interview accordée récemment à La Tribune Afrique.