MAROC
29/06/2018 16h:19 CET | Actualisé 29/06/2018 16h:20 CET

L'arbitrage au Mondial 2018: “0,7% des décisions prises auraient pu être meilleures”, selon la FIFA

La FIFA fait valoir un taux de décisions correctes de 99,3%, contre 95% sans la VAR.

Stuart Franklin - FIFA via Getty Images

FOOTBALL - Au terme de la phase de groupes et des 48 matchs disputés depuis le coup d’envoi du Mondial, la conférence de presse pour débattre de l’arbitrage de ce Mondial 2018, et notamment du recours à la VAR (assistance vidéo à l’arbitrage), était attendue. 

Organisée à Moscou et retransmise en directe (vidéo ci-dessous), la conférence a réuni le président de la commission des arbitres de la FIFA, Pierluigi Collina, et le directeur de l’arbitrage de la FIFA, Massimo Busacca, pour présenter aux journalistes des chiffres concernant cette première phase de la compétition.

 

Pierluigi Collina a notamment indiqué que 335 incidents avaient pu faire l’objet d’une vérification par l’équipe VAR. “Sur ces 335 vérifications, 17 ont donné lieu à un examen par la VAR”, ajoute-t-il, comme le rapporte l’AFP. “Tous les buts ainsi qu’un bon nombre de situations ont été vérifiés, au total il y a eu en moyenne 6,9 visionnages par match en moyenne”, poursuit la même source,

Commentant la VAR, le directeur de l’arbitrage de la FIFA a défendu l’introduction de la nouvelle technologie. “VAR ne veut pas dire perfection”, a déclaré Pierluigi Collina, indiquant qu’il peut y avoir de mauvaises interprétations et des erreurs, mais que celles-ci sont moindres depuis le recours à l’assistance vidéo à l’arbitrage, avec un taux de décisions correctes s’élevant à 99,3%, contre 95% sans la VAR. 

À l’issue de la conférence de presse, interrogé par un journaliste sur la méthode de calcul ou d’estimation de ce chiffre, Pierluigi Collina a indiqué que le pourcentage de 99,3% traduit l’opinion de la commission des arbitres de la FIFA. “Notre job consiste à évaluer. Nous ne sommes pas là pour passer des jours agréables à Moscou. Nous évaluons ce que les arbitres font, selon notre opinion, ce qui est pertinent car notre rôle est d’évaluer. Nous pensons ainsi que 0,7% des décisions prises auraient pu être meilleures”, concède Pierluigi Collina, sans toutefois les détailler.

“Nous avons reçu certaines requêtes et y avons répondu, tout comme nous répondons de manière juste, ouverte et transparente”, avait-il indiqué quelques minutes auparavant, au moment d’être interrogé au sujet des plaintes officielles de certaines fédérations de football relatives à la VAR. 

Ce jeudi 28 juin, la Fédération royale marocaine de football (FRMF) saisissait dans un courrier détaillé la FIFA pour dénoncer l’arbitrage des matchs Maroc-Portugal et Maroc-Espagne. Dans un courrier détaillé, la FRMF détaille 8 erreurs d’arbitrage et regrette que “le recours à la VAR n’a servi qu’à préserver les intérêts de nos concurrents”. La FIFA n’a pas encore donné suite officiellement à la requête marocaine.