TUNISIE
20/10/2018 17h:01 CET | Actualisé 20/10/2018 17h:09 CET

Retour sur l'affaire Khashoggi et les incohérences des autorités saoudiennes

Ils ont changé de version.

L’affaire du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, disparu depuis le 2 octobre, connait de nouveaux rebonds.    

L’Arabie Saoudite vient d’affirmer, dans la matinée du 20 octobre, que le meurtre a bien eu lieu à l’intérieur de son consulat à Istanbul, après avoir maintenu pendant ces derniers jours que le journaliste était au Consulat de l’Arabie Saoudite à Istanbul pour y effectuer des démarches administratives, et qu’il aurait quitté les lieux vivant. Ils ont nié toute implication de l’Arabie Saoudite dans cette affaire.

Mais selon leur toute dernière déclaration, ce serait à la suite d’une bagarre entre Khashoggi et 15 personnes que sa mort est survenue. 

Après l’avoir nié à plusieurs reprises, l’Arabie Saoudite admet que Khashoggi ait été dans son consulat. Ils disent maintenant qu’il a été tué “par accident” dans une “bagarre”. Les autorités turques ont déclaré que les Saoudiens avaient amené une équipe de 15 tueurs avec une scie à os. Ils lui ont coupé les doigts, l’ont démembré et ont tourné une vidéo”- Twitter/Wikileaks. 

Enquête en cours

Voici un extrait du communiqué publié sur le site de l’Agence de presse saoudienne SPA: “Une source officielle a déclaré ce qui suit: (...) Les résultats des enquêtes préliminaires ont également révélé que les discussions qui avaient eu lieu avec le citoyen Jamal Khashokgi lors de sa présence au consulat du Royaume à Istanbul par les suspects ne se sont pas déroulées comme prévu et se sont développées de manière négative par une querelle entre certains d’entre eux et le citoyen Jamal Khashoggi, ce qui a aggravé la bagarre qui a causé sa mort. Les suspects ont tenté de dissimuler ce qui s’est passé”. 

Il y est aussi mentionné que “les enquêtes concernant les 18 détenus saoudiens” se poursuivent. 

17 jours après la disparition de Khashoggi, l’Arabie Saoudite admet sa mort:

-Le prince héritier a dit qu’il avait quitté le Consulat

-Les Saoudiens l’ont nié durant des jours

-Interdiction pendant deux semaines à la police de faire des recherches 

-La scène de crime a été nettoyée

Et maintenant? “Mort suite à des coups de poings”″- Twitter/Ragıp Soylu.

Mort, torture et musique

Alors, si M Khashoggi “est mort suite à une bagarre” comme le prétendent les saoudiens, où se trouve son corps? Ont-il cru que personne n’allait poser la question?”-Twitter/Tom London.

Un article de Middle East Eye (MEE) détaille le meurtre de Khashoggi, s’appuyant sur une source turque, en lien direct avec l’enquête. 

Selon cette source, on aurait tenté de le droguer pour maquiller le meurtre en overdose.

Finalement, le journaliste saoudien aurait été “traîné hors du bureau du consul général dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul avant d’être assassiné brutalement par deux hommes qui ont découpé son corps en morceaux”, indique la source à MEE. 

D’après eux, et s’appuyant sur les affirmations du quotidien turc Yeni Safak, qui aurait accès à un enregistrement sonore, des agents saoudiens ont coupé les doigts de Kashoggi. Ensuite, un médecin légiste a commencé à découper le corps du journaliste, encore vivant.

Le meurtre aurait duré 7 minutes, comme on peut le lire sur un autre article de MME en anglais. Le médecin, identifié comme Salah al-Tubaigy, écoutait de la musique tout en décapitant le corps du journaliste. Selon une source de MEE, on l’écoutait dire sur l’enregistrement: “Quand je fais ce travail, j’écoute de la musique. Vous devriez le faire aussi”.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.